2012

Mais qui donc sera l’élu en 2012 ? et ces lendemains qui chantent d’après Sarko… cette « alternative » à la politique actuelle, qui la portera ? Allons-y : un peu de prospective !
Je pose deux conditions qui pourraient changer la donne et contredire mon pronostic : que de « grands évènements » n’aient pas lieu, qu’un candidat imprévu ne soit pas désigné. On ne sait pas ce qui arriverait si une mini-révolution (style Mai 68 au minimum) explosait d’ici-là, non plus si une nouvelle crise économique se propageait, ni si des attentats (islamistes ou visant des politiciens) étaient perpétrés, ou encore si une guerre grave se déclarait (contre l’Iran par exemple), ni enfin si un grand scandale politico-financier éclatait…
Si rien de tout cela ne voit le jour d’ici les élections présidentielles, et si les candidats en lice sont choisis parmi Sarkozy, Villepin, Royal, Hollande, DSK, Delanoë, Valls, Aubry, Peillon, Bayrou, Morin, Chassaigne, Mélenchon, Besancenot, Arthaud, Le Pen, NDA, Duflot, DCB, Joly, Mamère, le président de la République élu en 2012 – avec une faible majorité de moins de 1%, c’est à dire quand même environ 200 000 voix, et une forte abstention au 2ème tour –, et peu importe pour le résultat final qui sera son opposant à ce 2ème tour, sera bien évidemment Nicolas Sarkozy.
Les scores des autres candidats seront importants pour 2017 – mais aussi pour bien avant : Sarko ne parviendra peut-être pas au bout de ce second mandat… -, et qui sera face à lui dans le duel final, mais tout ça ne changera rien au résultat : Sarkozy sera réélu.
Si le candidat estampillé PS n’était pas au 2ème tour (ce PS qui est une machine à gagner les Présidentielles… mais pour Mitterand exclusivement !), on pourrait enfin voir l’éclatement de ce parti : d’un côté ceux qui rejoindraient une ligne centriste plus ou moins autour de Bayrou (Delanoë, Valls, Dray, Royal, Hollande, DSK, Moscovici, etc., qui n’ont plus rien à voir avec le socialisme historique depuis des lustres), de l’autre ceux qui s’aligneraient sur des positions plus radicales avec leur ancien frère d’armes, Mélenchon (Emmanuelli, Fabius, Bartolone, Hamon, Filoche, etc.). Pour certains, le choix serait plus difficile (Aubry, Peillon, Montebourg…). De ce schisme, les deux camps qui s’en dégageraient – politiquement plus clairs quant à leur communication – gagneraient beaucoup pour leur avenir.
Seront importants aussi les scores de certains candidats : Marine Le Pen sera-t-elle au 2ème tour ? ou Éva Joly (très peu probable !) ? Villepin (s’il est vraiment candidat…) ? Plus encore seront peut-être significatives des percées éventuelles de Dupont-Aignan ou du candidat du Front de Gauche…

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s