Parti Socialiste : la grande farce des « primaires »…

Parti Socialiste : la grande farce des « primaires » a commencé

C’est, paraît-il, un évènement politique majeur : Ségolène Royal a officialisé ce lundi sa candidature aux primaires du Parti Socialiste ! Un évènement si éminent, si spectaculaire que les médias en ont fait fort logiquement leurs gros titres, et que tous les hommes politiques « de premier plan » y sont allés de leurs réactions solennelles.

En effet, nous dit-on, avec la candidature de Ségolène Royal, les fameuses « primaires » sont enfin lancées, et avec elle, bien sûr, les présidentielles ! « Primaires » dont on nous rabâche à l’envi qu’elles seront un grand moment de démocratie, une œuvre positive telle qu’elle permettra à la « gauche » d’enclencher une puissante dynamique en vue de battre Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2012.

« Battre Nicolas Sarkozy », telle est l’obsession de nos amis « socialistes », leur seule obsession. Au point qu’elle semble même leur tenir lieu de seul et unique programme. Mais après ? « Battre Nicolas Sarkozy », oui, mais pour quoi faire ? Les « socialistes » tentent de faire croire aux Français qu’il suffirait de « battre Nicolas Sarkozy » et de le remplacer par un gentil « socialiste » pour que les choses aillent, par miracle, beaucoup mieux en France.

Mais quelle politique nous réservent-t-ils pourtant tous, qu’ils s’appellent Dominique, Ségolène, Martine, François ou Manuel ? La même, strictement la même que celle qui est actuellement menée par ce cher Nicolas !

Bien sûr, ils ont beau déplorer l’état de notre pays, ils ont beau pleurer sur le sort de tous ces Français abandonnés à une insécurité sociale grandissante, mais aucun d’entre eux n’a l’envie ni le courage d’aller à la véritable racine des problèmes : la confiscation complaisamment organisée de notre souveraineté au profit de gros intérêts économiques et financiers – et de leur relais dénommé « Union Européenne » – qui n’ont par nature aucun souci du bien commun.

Les « socialistes » ont beau nous promettre une nouvelle fois de nous « changer la vie », mais que nous réservent-ils sinon de ne pas toucher à ce monstrueux statu quo? Pas un parmi tous les candidats « socialistes » à osé remettre en cause ces instruments d’aliénation et de paupérisation des peuples que sont le Traité de Lisbonne, la BCE, l’euro, le libre-échange déloyal ! Bien au contraire, ils s’en félicitent, si aveuglés qu’ils sont par leur sainte religion européiste. « L’Europe ou le chaos ! » clament-ils, plus sûrs d’eux que jamais. Le Parti Socialiste n’a-t-il pas salué et approuvé, il y a quelques mois, l’infâme plan « d’aide » à la Grèce, dont l’un des initiateurs n’était autre que le FMI de leur cher camarade Dominique Strauss-Kahn ? Nul besoin d’être voyant pour imaginer ce que feraient les « socialistes » s’ils étaient en 2012 aux « commandes » d’une France confrontée à une situation similaire à celle de la Grèce d’aujourd’hui : ils se coucheraient, avec plus de brutalité encore que par le passé. Chouette perspective, n’est-ce pas ?

À la vue de cet état de fait, quel peut donc être l’intérêt d’organiser de telles « primaires », dont l’enjeu se limiterait alors à choisir la marionnette la plus ressemblante en paroles à un homme d’État ? Bien sûr, intoxiquer encore davantage le peuple, avec le matraquage bienveillant des médias. Lui donner l’illusion que le PS est une alternative politique, la seule alternative crédible, à l’UMP, alors qu’elle poursuivra la même politique de soumission aux mastodontes. Lui faire croire qu’on s’occupe vraiment de lui… alors que l’on s’en moque éperdument.

L’enjeu des « primaires » « socialistes » est politiquement nul en soi. Elles ne mériteraient pas qu’on s’y attarde si cette farce ne relevait pas d’une stratégie d’intoxication massive afin d’éloigner les Français de toute vraie alternative politique. Hélas, c’est bien le cas. Il est donc d’une impérieuse nécessité civique que de dénoncer haut et fort cette comédie insupportable, injure à la démocratie et à la souffrance de millions de nos concitoyens. Les Français méritent mieux que ces querelles d’égos, que ces clowneries politiciennes, que ses z’élites autoproclamées censées tenir lieu de « vie démocratique». Plus que jamais, il est temps de remettre le débat d’idées et la quête du bien commun au premier plan. Pour que revive enfin la République ! condition sine qua non de la dignité de tous.

Texte emprunté à :
http://tinyurl.com/28t9xl6

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s