Sidération !

Il y a un peu plus d’une semaine maintenant, l’actualité montrait soudain aux Français sous une face repoussante leur candidat favori des sondages : celle d’un pervers sexagénaire violeur ! On ne peut oublier la présomption d’innocence… mais enfin, là, elle est peau de chagrin. Un vieux monsieur, gros (100 kilos), petit, vouté, aux cheveux blancs enlaidis de sourcils noirs, en se montrant nu, séduit une jeune femme (qui plus est croyante)… ; pour couronner le tout, elle ne serait pas tombé non plus sous le charme de son statut de puissant planétaire : quoi que les Français puissent avoir du mal à le croire, comme des millions d’hommes, elle n’aurait eu aucune idée de qui était le grand homme petit et trapu de la suite 2806. Consentante, proclament pourtant les avocats de DSK… c’est plutôt invraisemblable, sauf à ce qu’il ait prostitué la femme de ménage ? On n’en sort pas ! d’un côté comme de l’autre, l’ex patron du FMI n’est pas dans la mouise, il est cuit, si ce n’est devant la justice, au moins face aux opinions américaine, internationale, et même française. On avait pardonné à Mitterrand son faux attentat de l’Observatoire, mais il ne s’agissait pas alors pour lui d’assouvir un plaisir égoïste, mais de l’aider dans une ambition collective. Or mes concitoyens ne voudront pas plus d’un violeur que d’un suborneur de soubrette comme leur chef d’État !

Alors, pour que plus de la moitié des Français, emmenés par des médiacrates en état de sidération perdant leur candidat idolâtré, ait cru à une hallucinante affaire de complot mêlant du tout et du n’importe quoi (Sarko, la Russie, le FMI, la CIA, Al Qaïda… pourquoi pas le Mossad aussi ?), il fallait bien qu’il y en ait des causes. Il semble bien que l’une de celles-ci soit l’incapacité à admettre l’information tant elle remet en question ce qui s’était construit dans le tête de beaucoup de Français : DSK succèderait à Sarkozy en 2012. Or, là, avant même les élections, cette certitude devait être abandonnée, celui que l’on espérait se révélerait être un monstre (or les Français, tout autant que les Américains, abhorrent les violeurs). C’est à dire que chacun, de ceux qui envisageaient plus ou moins de voter DSK, apprenait soudain, non seulement qu’il ne le ferait pas, mais que ce suffrage, il se promettait (semble-t-il) de le donner à un malfaiteur, pire, à un de ceux qui s’attaquent à ce qui – dans nos sociétés – est le sanctuaire absolu de toute victime, son sexe, son intimité sexuelle. Ce qui rendait chacun de ces sympathisants de l’inculpé du Sofitel, quelque part complice de l’agression. Un peu comme si c’était eux qui avaient tenu la jeune femme pour que leur égérie en ait abusé ! Cette idée abjecte, ils l’ont tous repoussée, il fallait donc que DSK, quelque soit la cohérence de l’argument, n’ait pas pu faire ça.

À moins que (mais on a peine à imaginer comment) l’agresseur présumé ne soit totalement blanchi de tout acte sordide dans cette affaire (agression sexuelle, prostitution…) – or l’accusation ne manquera pas d’exhiber d’autres soupçons (voire preuves) de la mauvaise moralité sexuelle de DSK, qu’il y ait ou non des plaintes de déposées -, le temps aidera à ce que chacun puisse accepter une réalité trop violente. Le travail de reconstruction de la mémoire fera alors que les plus strausskahniens oublieront même qu’ils l’ont été. Quelles que soient les conclusions du procès américain, cela condamne d’autant plus catégoriquement l’avenir politique de celui qui aura fauté à New York : ses anciens supporters ne lui pardonnant inconsciemment jamais ce traumatisme dont ils ont été victimes dans leurs âmes à cause de ce crime dont ils se sont senti complices. Et peut-être même si Strauss-Kahn s’en retrouvait innocenté…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s