Sarko président !

Cela fait bientôt deux ans que je m’obstine à penser, en dépit des sondages qui ont déjà élu son remplaçant – Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, François Hollande -, que Nicolas Sarkozy, pour qui je n’ai aucune inclination, sera réélu dans quinze jours. Quelque soit l’incontestable succès du cavalier de gauche, je persiste à croire qu’il ne l’emportera pas le 6 mai.

 

M’y invite d’abord l’histoire électorale de la Vème : il n’y a eu qu’un seul parmi quatre présidents, dont trois impopulaires (VGE, Mitterand en 95, Chirac en 2002), à ne pas renouveler son mandat. Il s’agissait du premier, Giscard, en 1981. Il faut comparer les situations :

  • 1°, quelles que soient la gravité des affaires Karachi et Woerth, le clan de l’avocat Sarkozy est beaucoup mieux parvenu à désamorcer ces bombes que VGE et ses diamants centrafricains et autre casseroles,
  • 2°, le fringant Giscard d’Estain avait généreusement octroyé durant son septennat le droit de vote à 18 ans contre 21, ce dans une période où la jeunesse nombreuse du Baby-boom se rendait aux urnes et était majoritairement de gauche (avec cet immense cadeau au PS, son candidat ne l’a pourtant emporté que de moins de 2%),
  • 3°, le candidat qui portait le Programme Commun de la gauche PS-PCF, c’était François Mitterrand ; or ce Mitte(Talley)rand, poisson d’eaux troubles politicien depuis Vichy, avait une carrure indiscutable dont Hollande ne nous a donné qu’un éphémère ersatz lors de sa prestation du Bourget…

Les chiffres viennent-ils corroborer mon sentiment empirique ? Pour ce qui est du rapport entre les forces en présence au 2nd tour, avec une abstention comparable, la gauche avec les écologistes atteignit il y a une trentaine d’années 50.69% au 1er… contre 44.01% hier en comptant les voix du socialiste inter-galactique Jacques Cheminade. Le handicap est de plus de 6% pour le nouveau François par rapport à l’illustre ancien.

Les 1,52% de bulletins blancs ou nuls, au vu de la variété de l’offre électorale des 10 candidats du premier tour, ne profiteront à personne. Ne nous en encombrons pas ! Pour ce qui est de l’abstention, 20,53%, il n’en est pas de même ; comme je l’ai déjà écrit, malgré les nombreuses procurations à ce scrutin, Hollande peut espérer y glaner pas mal de voix supplémentaires – c’était les vacances scolaires des bobos parisiens, or l’assurance avec laquelle les sondages martelaient qu’il serait qualifié en a dissuadé beaucoup de se prononcer dès dimanche, mais les vacances pascales seront finies dans une semaine. Je compterai donc sur un solde de 120% réintégrant sans vergogne les abstentionnistes dans les comptes. (Il faut arrêter de considérer que ceux-ci représentent une part stable et compacte du corps électoral : l’abstention n’est pas un parti politique, elle représente souvent un manque de motivation ponctuel et fluctuant.) Les erreurs de pourcentage que j’y inclue dans mes statistiques vaudront bien celles des instituts de sondage dont le scrutin du 22 avril a une nouvelle fois dénoncé l’impéritie !

Nicolas Sarkozy peut compter que ses 27% du premier tour se reporteront sur lui au second, de même avec Hollande et ses 28%. Les 2% de voix écologistes de EÉLV sont pour Hollande, il récupèrera aussi 1% avec le NPA ; ça le monte à 31%. LO ne lui sera par contre d’aucun secours, quant à Cheminade, je ne suis pas certain que ses électeurs aient compris qu’il soit socialiste ! Les moins de 2% de NDA, bien qu’antisarkoziste qui ne donnera aucune consigne de vote, disparaitront elles aussi du prochain scrutin et ne sont à compter au bénéfice d’aucun candidat.

Restent les trois grands blocs : FN, Mélenchon et Bayrou. Pour ce qui est des maigres 11% du Front de Gauche, quoi que veuille en penser son chef et ses militants, il est largement constitué d’électeurs plus engagés dans un réel changement – ses racines profondes sont dans l’opposition dès 2005 au TCE-Traité-de-Lisbonne… que soutient Hollande – plus que dans l’antisarkozisme primaire ; Hollande peut néanmoins dévoyer une moitié de ses voix pour son social-libéralisme, les autres iront à la pêche. Il atteint ainsi les 36%. Les voix de Marine Le Pen, qu’elles que soient les éventuels agissements séducteurs de Sarko pour le centre modémiste, se reporteront pour les 2/3 pour le candidat UMP honni tant qu’il ne fera pas de concessions dans son discours sur l’immigration, le mariage homosexuel et autres mesures sociétales ; le dernier tiers des nationalistes ira taquiné le goujon avec la moitié abstentionniste des autres frontistes, ceux de gauche. Sarkozy monte à 35% contre 36% pour Hollande.

Les voix de Bayrou deviennent décisives pour l’issu du deuxième tour ! Le populaire patron du MoDem propose d’ailleurs son arbitrage… Si rien n’est négocié qui l’incline – en échange d’un maroquin – à se désister pour l’un ou l’autre des finalistes, les votants pour ce parti de centre-droit se reporteront plutôt pour le parti historiquement le plus proche, l’UMP : une moitié pour l’UMP, un quart pour Hollande, le dernier à la pêche. Sarkozy est alors à 39%, Hollande à 38%… (Et les poissons sont bien malheureux !)

Si Hollande fait les yeux doux à Bayrou, il perd autant sur sa gauche (FdG, NPA, EÉLV) que ce qu’il gagne chez ses amis centristes. Si, par contre, pour creuser l’écart, Sarkozy fait des avances conséquentes au même François, tant qu’il évite de renvoyer dans l’abstention ceux du Front National qui ne veulent pas de concessions sur les sujets de société défendus par le MoDem, il ne peut que gagner des voix de ce côté. Il peut raisonnablement compter sur 3% de plus. Score 42% pour le président en place, 38% pour Hollande à qui il faudrait que plus de 4% des abstentionnistes du premier tour le rejoignent pour gagner le 6 mai…

J’arrive à un total, sur un 120% antimathématique, de 35 à 40% d’abstention. Il se trouve que ce deuxième tour, moins qu’intéressant entre Nicolas et François, ces deux frères qui ont cosigné toutes les grandes décisions politiques (TCE de Lisbonne, « aide » à la Grèce, rigueur, mécanisme de stabilité européen, guerre à la Libye, sanctions contre la Syrie…), ne devrait pas passionner grand monde et l’abstention tournera logiquement autour des 30%, voire plus.

Contrairement à Zemmour, et pas du tout pour les mêmes raisons que Brunet (d’ailleurs je n’apprécie pas son Sarko !), je pronostique que le mandat du locataire de l’Élysée sera renouvelé.


Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sarko président !

  1. dj normandie dit :

    Pourquoi un tel post ? Je ne comprends pas trop bien, tu crois franchement que c’est attrayant ? Moi je n’ai pas aimé du tout, même si je suis un fidèle lecteur de ton site Internet.

  2. adelannoy dit :

    Le post est bien ancien ! Je pensais à l’époque que Sarko ferait tout, arrivé au second tour, pour rallier l’électorat centriste, or il a continué de faire une grotesque danse du ventre pour séduire les plus racistes de l’électorat frontiste… et Bayrou l’a tué au sortir du débat avec Hollande !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s