Aucun scrupule : pas une voix du camp du non ne devra se pervertir à voter PS !

 

Ça y est, la campagne du deuxième est lancée, les idéologies manichéennes à l’extrême qui s’y affrontent seront le sarkozisme… face à l’antisarkozisme ! A-t-on jamais atteint de tels taux de bêtise ? L’appareil du Front de Gauche n’a même pas peur de corroborer l’accusation lepenniste d’être « voiture-balai » de Hollande, et Mélenchon appelle à voter sans concession (sauf qu’on se partagera les circonscriptions aux Législatives) pour le candidat social-libéral qu’il honnissait avec brio il y a encore une semaine…

 

Il ne peut faire aucun doute que, en adoptant cette attitude inféodée au grand PS, le tribun de la « Révolution citoyenne » déçoit une bonne partie de ces électeurs. Quoi ? voter pour Hollande ? tout ça pour en arriver là ! Qui plus est, son obsession anti-FN, qui semble prendre le pas sur toute raison, n’accroche que dans le premier cercle de son Front de Gauche, tant ce n’est pas « la bête immonde » du « fascisme » que les Français ont vu, ni une « demi-démente », c’est Marine Le Pen qui défendait avec talent le même programme économique (le « meilleur » d’après Emmanuel Todd) que Jacques Généreux, l’économiste du parti mélenchonniste.

Mais Mélenchon n’est-il pas plus franc-mac – et des plus réactionnaires – que « de gauche » ? les francs-maçons ayant conservé une sainte haine d’un autre âge (du temps – il y a plus de 30 ans – où nationalistes et maçons s’accusaient l’un l’autre des pires maux) pour le Front National. Il est peut-être temps d’enterrer la hache de guerre ? et nombre de francs-maçons ont d’ores et déjà – plus ou moins en catimini pour n’être pas exclus de leur loge – rejoint Marine Le Pen (1). Parfois, on pourrait se demander si le Méluche est vraiment dans un combat national ou s’il n’est pas dans une lutte, à l’intérieur de sa franc-maçonnerie même, pour que le FN n’y soit pas dédiabolisé ?

Quoi qu’il en soit, sa sauce – que j’appréciais plutôt – n’a pas pris. Les dés ont été jetés. Avec la meilleure campagne qui se puisse faire pour défendre ses idées, et avec une bonne participation, il a fait 11 : il ne pourra faire mieux. Pendant ce temps, MLP a fait près de 18, et avec tous les média contre elle. Surtout, sa tentative de toucher l’électorat ouvrier a foiré pour le leader du Parti de Gauche qui n’est pas un parti des classes populaires, c’est comme ça. Et c’est sans doute sur les questions étrangères – tant sur l’immigration que quant au Tibet – que Mélenchon leur aura semblé le moins convaincant…

La leçon indépassable de ces élections est que, pour tous ceux qui veulent une vraie remise en cause du système, la voie empruntée par Mélenchon ne mène nulle part. Pour ceux, ceux qui – de LO au FN – ont emporté la bataille en 2005 et ont été humiliés par le Parlement en 2008, le camp anti-néolibéral n’a rien à espérer de ce « non de gauche » qui n’a pas atteint (FdG, NPA, LO) 13% des suffrages tandis que le non « de droite » (MLP, NDA) approche les 20%. Marine Le Pen sort la championne incontestable du camp du non de 2005, ce avec un programme largement social, voire même socialiste (alors que le PS a abandonné le socialisme).

Pour tous les progressistes, la voie à emprunter est de toute évidence la réunion, comme aux urnes en 2005, entre tous ceux qui s’opposent à l’eurolibéralisme. Dupont-Aignan, évitant tant les excès bolchéviques ou xénophobes des deux fronts, est le candidat qui a proposé à ces élections, avec un succès électoral mince (moins de 2%) mais un succès d’estime considérable, cette union du camp du non. Qui qu’en serait l’éventuel leader, c’est cette voie qui devra être suivie.

Quoi qu’en veuille faire accroire Mélechon et le staff de son Front, battre Sarkozy ne présente aucun intérêt pour qui conteste réellement le système en place si c’est pour donner sa voix au candidat du parti socialise européen. Pas une voix du camp du non ne devrait se pervertir à voter Hollande ! L’issue du second tour ne présente aucun intérêt pour qui a des convictions quant à la malfaisance du néolibéralisme dont Hollande, comme Sarkozy, est un champion. Je me tamponne le coquillard d’une force de savoir si le locataire de l’Élysée de juin se prénommera François ou Nicolas – je sais déjà qu’il s’appellera Minc et Attali !

Mais, au troisième tour, pour les Législatives, le vote reprend son sens. Or il sera temps alors d’unir nos voix pour soutenir les candidats qui remettent en cause le système et, surtout au deuxième tour, aider, ici un Front de Gauche, là un DLR, ailleurs un FN, à battre les candidats de l’UMPS. Fasse qu’il y ait le plus possible de candidats des partis qui portent les couleurs du non de 2005 qui s’imposent à l’Assemblée ! Voilà la vraie révolution citoyenne : élisons autant que possible de députés FN, FdG, DLR, NPA, LO, pour nous représenter face à l’union pragmatique des roses et des bleus ! S’il en reste un au deuxième tour, sans pince à linge, quelle que soit son parti, donnons-lui fièrement notre voix !

  1. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-pen-et-ses-freres-francs-macons_1068383.html

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Aucun scrupule : pas une voix du camp du non ne devra se pervertir à voter PS !

  1. Ping : Redistribution des cartes – PG, Verts, MoDem… | Adelannoy's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s