Trierweiler présidente !

À l’heure où l’euro est à l’agonie, tandis que le chômage explose, que la récession est chaque jour plus insidieuse, que la menace d’une troisième guerre mondiale se fait lancinante, le « changement » est enfin arrivé, et les média qui l’appelaient de leurs vœux le célèbrent sans vergogne. De Match à L’Express en passant par VSD, ils en font leur couverture séduisante de l’évènement cette semaine : Valérie Trierweiler est à l’Élysée !

Encore plus anecdotique que le gouvernement concocté pour les législatives qui donne dans une éphémère parité arithmétique des genres (autant de femmes que d’hommes… et zéro ouvrier, employé, agriculteur, chômeur ou rmiste), la trombine de la « 1ère dame », la compagne du président, envahit les kiosques et mobilise la corporation des journaleux. À quoi bon s’attarder sur le contenu de ces feuilles-de-chou qui sont censées nous informer ? Je doute que les Français, même PS, accordent beaucoup d’intérêt à savoir qui est celle qui fait    « battre le cœur » de son François. On doute de même que les ébats du couple, dont on ne nous dira rien (ce qui aurait pu avoir un certain intérêt), dépassent une sympathique fornication : un petit Hollande qui naitrait au Château ? difficile d’y croire. Décidément, malgré son physique plutôt vulgaire, avec Ségolène puis Valérie, François Hollande se tape des filles plutôt pas mal ! voilà la réflexion que s’est fait le peuple de France. Il y aurait donc bien, même pour les mâles les moins avenants, égalité des chances de séduction au « Tournez manège ! » de l’Hamour. Comme voilà, en période de crise, un message politique bien rassurant !

Il ne faut pas non plus dédaigner l’importance politique de la nouvelle first lady. Car Mme Trierweiler avait déjà changé le cours de l’histoire de la Vème. C’est à cause d’elle que Royal et Hollande s’étaient séparé il y a cinq ans ; et c’est grâce à elle, au grand bonheur de Sarkozy, que la gauche s’était engagée dans la ségolènitude en 2007. Mme Royal avait alors posé son ultimatum : c’est elle qui partirait à la conquête de l’Élysée, sinon Hollande ne verrait plus leurs enfants. Ces affaires style « Amour, gloire et beauté » peuvent émouvoir autant que les frasques et la rupture de Cécilia Sarkozy ; elles peuvent aussi nous inquiéter quant à la bassesse libidinale où se vautrent ceux qui nous gouvernent…

Mais il y a bien une réussite à mettre en lumière qui met en joie la corporation. Le présentateur de JT Noël Mamère avait été candidat à la présidentielle pour les Verts ; mais Valérie, elle aussi journaliste, est entrée comme résidente dans le lupanar de la Pompadour ! Voilà une consécration pour la médiacratie qui vaut bien qu’elle la célèbre en fanfare.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s