Le mariage entre personnes de même sexe pour les nuls

Ne considérons pas que le modèle « hétérosexuel » soit supérieur ni plus normal que quelque autre forme de couple ou d’union ! Ne nions pas non plus que des personnes de même sexe, et quelles que soient leurs éventuelles pratiques sexuelles, ne puissent élever des enfants, et même avec succès. Henri Guaino, adversaire du mariage gay, l’a prouvé. Mais l’on se doit par contre de trouver a minima amusant de voir critiquer le patriarcat… en en voulant étendre ce qui en est le fondement – le couple – à des paires d’homosexuels ! Là il y a une aporie dans le raisonnement des marieurs-pour-tous qui ne peut que prendre racine dans le mythe de l’androgyne du Banquet de Platon*. L’idéalisme idéologique du philosophe grec réactivé pour défendre son contraire, c’est assez cocasse.
Clivage de l'androgyneEn ce temps-là, bien avant la Grèce antique, l’humanité se composait d’androgynes, créatures doubles qui avaient deux visages, quatre bras et quatre jambes, deux sexes, et deux corps reliés par les dos. Mais les dieux sont des farceurs et ils coupèrent en deux nos ancêtres androgynes : dès lors, humains nous serons tous dans la quête de retrouver notre moitié – de l’autre sexe ou du même sexe -, avec qui, dans le couple, restaurer l’unité brisée par Zeus lui-même… Or, comme on a abusé de la lecture des aventures de Socrate, la société qui s’est installée autour de son mythique « amour » a été fondée sur le couple (mais en en proscrivant l’homosexualité) tandis que les peuples d’Afrique ou d’Asie, moins platoniciens, ont souvent accepté la polygamie, voire d’autres modes d’organisation familiale dans lesquelles l’union homme-femme est inconnue, voire des pratiques homosexuelles.
Quand on croit à cette légende, on naît prédéterminé « homosexuel » ou « hétérosexuel » comme on naît homme ou femme, blanc ou noir. Sinon, si cette histoire nous fait sourire, si l’on raisonne que personne n’a jamais choisi de naître « blanc » ou « noir » ni homme ni femme, et que c’est la Providence qui détermine seule ces choses (sans parler d’une providence divine), on croit par contre que, heureusement, même s’il y a des parts naturelles non prouvées à ce jour dans l’orientation sexuelle, il y a quand même bien un libre arbitre quant au choix de sa pratique : hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, asexuelle, fidèle ou non, monogame ou polygame… Peut-être qu’un jour la science pourra changer ces déterminismes et qu’un 582488_229669553834860_213834183_nhomme mâle pourra porter un enfant (JD Vincent semble croire que ce sera possible ; si cela venait, les lois devraient évoluer) ou une femme devenir un homme (avec tout ce qui s’ensuit dont un sexe fécond) ; mais on en est très loin et l’avenir social qui se profile incite au contraire à croire que nous irons malheureusement vers une régression qui obérera ces progrès scientifiques-là comme bien d’autres.

L’origine de notre mariage français n’est pas biblique – comme aiment pourtant à le chanter, tels des voltairiens casseurs-de-curé en chaleur, nos marieurs-pour-tous -, elle est gréco-latine (tiens ! il se pratiquait beaucoup d' »homosexualité » à Athènes comme chez Caligula…) ; ce même s’il y a bien dans la Bible ce principe que l’homme quittera sa famille pour en fonder une nouvelle avec sa femme, principe basique de la société patriarcale. Alors, ce qui se doit de nous amuser, c’est que l’on veuille voir des personnes estampillées « homosexuelles » accéder à ce qui est le fondement d’une société patriarcale qu’ils récusent par ailleurs. Or, là, il y a bien de l’homophobie chez certains de ces marieurs-pour-tous à vouloir faire entrer dans le rang de la société patriarcale des gens qui y ont renoncé par l’orientation homosexuelle pour laquelle ils ont opté.

Le mariage est le fondement de cette société patriarcale qui, contrairement à la société « de nature », fait que l’homme mâle qui veut avoir une descendance qui soit la sienne propre s’engage à rester toute sa vie auprès de celle qui lui fera des enfants qui seront bien les siens. Le mâle renonce à courir des plaisirs sexuels et des émois sentimentaux à droite à gauche en l’échange de la garantie que les rejetons de celle qu’il épouse – pour qu’elle lui donne ces enfants -, ce seront bien les siens. Voilà l’origine du mariage, ça s’appelle la société patriarcale, parce que, contrairement à la société matriarcale (les Naxis par exemple), ce sont des couples avec un père biologique qui élèvent à deux leurs enfants.

Quel est le sens de cet échange quand les partenaires du couple ne peuvent pas faire ensemble d’enfant ? évidemment aucun. Comme le dit Sylviane Agacinski, si deux parents instagram-Mariagepourtous-15sont mieux qu’un seul, alors pourquoi pas trois puisque ce serait mieux que deux ? Mais l’on va dire : pourquoi des couples stériles (bien que dits hétérosexuels) ou qui ne font pas d’enfant ? Eh bien, si pour l’infertilité elle est une marque de l’inégalité totale dans laquelle nous place la nature, hormis quand de pures raisons financières les ont inspirés quant à s’unir, c’est que ces convolants n’ont rien compris ni du sens ni de l’origine du mariage qui ne sont ni amour ni plaisir mais l’essence même du patriarcat. Car, pourquoi le « couple » ? la réponse est « pour les enfants ». (A moins que, encore une fois, on accorde quelque crédit à la fable stupide de l’androgyne de l’oligarchiste Platon ! Et là on reste sans voix…)
L’Église, notamment, nous a fait oublier quel est le sens du mariage dans notre société patriarcale. Le mariage n’est pas quelque chose qui légitime aux yeux de la société un attachement, un amour, un désir ; tout au contraire, c’est un échange. Il n’aura peut-être échappé à personne que l’on peut être amoureux de plusieurs personnes à la fois, et même de personnes de sexes différents (Les nuits fauves), que l’on peut avoir plusieurs partenaires, que l’on peut tenir très fort à beaucoup d’amis : le mariage n’a rien à voir avec ce genre 539434_nuits-fauves-les-savage-nightsd’affects humains aussi respectables soient-ils et quels qu’en soient les objets. Nous l’avons déjà dit : le mariage, c’est qu’un homme engage sa vie entière avec une femme en l’échange de l’assurance qu’elle lui fera des enfants qui seront les siens ; le mariage, c’est ce qui fait que nos sociétés reconnaissent des « pères » qui élèvent leurs enfants biologiques. C’est ça, et ce n’est rien d’autre que ça.

Mais on divorce parce que l’on ne s’entend plus bien, parce que l’un des partenaires a rencontré quelqu’un d’autre, on se marie sans but de procréation (pour l’argent bien souvent), on a aussi recours à des dons de sperme qui font que le « père » n’est pas le père biologique de ceux qu’il élève… Dans ces conditions, avec les familles décomposées qui  découlent souvent de tout ce fatras, le « mariage » n’a plus guère de sens. Pourtant, il n’en reste pas moins que deux personnes de même sexe, homosexuelles ou pas, convolant pour élever des enfants, en couple par mimétisme avec le modèle patriarcal qui fait qu’il y a des couples, ça n’a juste absolument aucun sens. (Faut-il rappeler que « mariage homosexuel » est un oxymore ?)

pasdepapa

Pour conclure, revenons à Rome, société où l’homosexualité existait largement, civilisation3612699362 dont l’étoile a brillé près d’un millénaire (quand la nôtre, capitaliste et individualiste, a au maximum deux siècles), Rome où l’adoption était très courante, Rome qui est l’inspiration de nos lois républicaines (et certainement pas l’Église) : personne, à Rome, n’a jamais eu – sauf en farce – l’idée saugrenue de marier des couples de même sexe.

*

« Ce n’est pas la Beauté qui engendre le désir ; mais la théorie platonicienne de l’amour propose à la lubricité d’hypocrites justifications. » Simone de Beauvoir.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le mariage entre personnes de même sexe pour les nuls

  1. Ping : United Colors of bande-de-cons | Adelannoy's Blog

  2. Ping : Véronique Genest à ONPC, interrogatoire télévisé du commissaire Julie Lescaut… | Adelannoy's Blog

  3. Ping : Michel Onfray est contre le mariage gay | Adelannoy's Blog

  4. Ping : Michel Onfray contre le mariage gay | Adelannoy's Blog

  5. Ping : Mariage gay : Fontgombault entre en résistance | Adelannoy's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s