Il est mort le poète…

orange-hessel-2_337Il nous l’avait chanté sur tous les tons, qu’il fallait s’indigner, et s’indigner encore. Face aux banksters, à Tsahal, à l’austérité, indignons-nous ; « indignez-vous ! » disait-il. Et sa complainte révolutionnaire allait terrible comme un « ça ira, des aristocrates on s’indignera » ! L’artiste s’est tu, victime d’un âge encore plus avancé que celui d’un Talleyrand.

Pourtant Stéphane Hessel ne nous est apparu qu’en 2004, et, flamboyant, il défendit alors mordicus – contre le gouvernement de droite de la bête du Poitou (Raffarin) -, l’Appel du Conseil National de la Résistance avec les époux Aubrac, Maurice Kriegel-Valrimont, Georges Séguy, Germaine Tillion et d’autres anciens résistants, redonnant vie au programme du CNR signé, 60 ans plus tôt à Londres autour du général De Gaulle, mais par d’autres acteurs de l’Histoire décédés depuis longtemps.

On a commencé alors à apprécier son sourire bonhomme de petit vieux propre sous lui sur les plateaux télé pour y entonner des hymnes quasi altermondialistes, y appelant à un renouveau de la gauche dans lequel nous entendions que celle-ci retrouve les idées d’un socialisme jauressien. Les accents écologistes, antisionistes, humanistes du vieillard nous ont séduits alors et nous aurions voulu voir en lui un Mikael Moore à la française luttant contre la financiarisation et pour les droits des peuples.

Mais, en 2009, il ne rejoignit pas le Parti de Gauche et ne manifesta jamais aucune sympathie pour l’engagement de Jean-Luc Mélenchon à qui il conseilla même, l’année dernière, de retirer sa candidature pour aider Hollande à gagner la présidentielle. Or, ce n’était pas là un revirement : c’est la star des médias Nicolas Hulot qu’il avait déjà soutenu et le sinistre satyre des Sofitel et du FMI Strauss-Kahn, puis l’héritière de Jacques Delors Martine Aubry, avant de se rallier au signataire du TSCG Hollande. Ses sympathies allaient encore à Cohn-Bendit ou Rocard : pas une once de socialisme « à la Jaurès » chez tous ces politiciens, que du libéralo-compatible…

Petit fonctionnaire de l’ONU (il n’a pas participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme), il sera ambassadeur de France, un oligarque. Membre du PS sans discontinuer depuis des lustres – et sans qu’il ne le mette jamais en avant -, il n’y brilla pas souvent par des positions marquées très « à gauche ». Mais son but est atteint, son ultime ambition politique s’est réalisée, il peut partir satisfait de lui : le candidat du parti qui a toujours été son phare est à l’Élysée.

Il y a eu ces centaines de milliers d’« Indignés » qui, galvanisés par le titre d’un opuscule de trente pages qu’il avait vendu avec un grand succès, ont manifesté en vain dans les rues de l’Europe contre les plans d’austérité imposés grâce à la crise. L’auraient-ils fait s’ils avaient lu l’ouvrage ? deux chapitres : l’un pour appeler à un rassemblement de gauche… qui n’est pas nommé – dans son esprit, le PS – ; le second contre l’occupation israélienne en Palestine. Les Indignés n’ont pas compris que « s’indigner » ne signifiait que voter social-démocrate et rien d’autre !

Alors faut-il rentrer dans la commisération pour ce grand diplomate dont les dernières années nous ont prouvé toute l’imposture de son indignation ? Peut-on se joindre au chœur des pires sionards pour se réjouir du décès de Hessel en lequel – bien que d’origine juive – ils ne voient qu’un antisémite ? Ne faut-il pas plutôt saluer en lui le mythe du résistant inspirateur des révoltes contre l’oligarchie pour tâcher de récupérer de sa notoriété ? Ainsi, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, adoptant un ton quelque peu langue-de-bois, rend hommage pour « continuer de s’en inspirer » à ce Hessel pour qui – prouvant qu’il n’avait même pas lu la centaine de pages de l’ouvrage de Marx et Engels – le Manifeste du Parti communiste, c’est « seulement deux pages qu’on lance dans la nature »

Pour moi, la vérité, tant sur l’imposture qu’aura été hessel_pantheonl’ascension spectaculaire dans notre société du Spectacle de Stéphane Hessel que sur l’engouement pour cet héritier de Talleyrand, cette vérité prime sur les malentendus héroïques qui traînent autour de ce torve personnage. Il faut casser les mythes ! Pour en finir provisoirement avec notre histrion, à tout seigneur tout honneur, laissons à notre président l’occasion de placer sa blague du jour en saluant que, chez ce camarade, la « capacité d’indignation était sans limite ».

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s