Adoption, PMA, GPA

 

Dans le goulag soviétique, les femmes 856551_320444748059011_358996559_oenceintes avaient droit à des traitements de faveur ; aussi, s’inséminaient-elles du sperme que les prisonniers hommes leur avaient fait passer dans des sacs plastiques. Les complications scientifiques coûteuses de la PMA (à la charge de la collectivité qui n’a pas besoin de ce fardeau-là) ne devraient être légalisées pour aucun couple ni aucune femme (sauf, peut-être, pour la fécondation in vitro en cas de stérilité grave). La procréation médicale assistée – PMA pour les intimes -, par l’hospitalisation qu’elle induit pour un acte qui ne le nécessite pas, ce n’est rien d’autre que la marchandisation de l’enfantement. La loi ne devrait simplement pas s’occuper de ce marché-là (et surtout pas le cautionner) – qui peut se féliciter que l’État fouille ainsi entre nos jambes ?

 

Il en est de même pour les mères porteuses acronymées en GPA : ça existe, et existera, quoi qu’on légifère, puisque des gens sont indécemment riches tandis que d’autres feraient n’importe quoi pour gagner quelque argent (on constate d’ailleurs que la prostitution est en forte hausse outre-Rhin où l’agence pour l’emploi propose même ce genre de « travail » aux chômeuses). On n’a pas à légaliser ces pratiques amorales que sont PMA et GPA. Dans un cas comme dans l’autre, si PMA et GPA ne devraient jamais être légalisées, il n’y a pourtant peut-être pas de nécessité de poursuivre, mettre en prison ou assommer d’amendes, ceux qui les auront pratiquées.

 

Pour l’adoption, il n’est pas sensé que l’on prétende officiellement qu’un enfant est né de parents qui ne sont pas les siens, il faut donc être résolument contre le projet Taubira qui institue l’adoption plénière (en toute logique, il faut aussi s’opposer – donc revenir sur la loi pré-Taubira – à ce qu’un enfant adopté ou issu d’un don de sperme par quelque couple que ce soit se voit condamné à être considéré comme plénièrement l’enfant de ses parents non biologiques). On pourrait par contre accorder un tutorat et l’autorité parentale, un statut du beau-parent par exemple, à des parents adoptifs (mariés ou pas et quels que soient leurs éventuels loisirs sexuels) avec des droits quasi équivalents à ceux des parents biologiques, par exemple en terme d’héritage. Peut-être même devrait-on aller plus loin et permettre qu’un tel couple d’adoptants (ou un/une célibataire, voire plus de contractants…) ne soit pas un couple défini « sexuellement » – si une femme adopte un enfant, en quoi serait-il gênant que sa nièce, ou même une amie avec qui elle vit, obtienne l’autorité parentale et ce tutorat de l’enfant ? Contrairement à beaucoup de marieurs-pour-tous, il serait bien de n’avoir pas l’esprit circonscrit absolument par le modèle patriarcal ! (Que ces clowns dénoncent par ailleurs !)

 

 

Sur la filiation, il nous faudrait repenser à ce paradoxe consternant : le Code civil de Napoléon a promu que le mari était le père de l’enfant, à l’époque c’était pratique et réaliste. Or, aujourd’hui, la science contemporaine fait que l’on peut connaître le vrai père biologique, donc que cette disposition légale est périmée. En toute intelligence, on devrait donc l’actualiser en promulguant qu’un test ADN peut enlever la paternité biologique à un homme dont il est prouvé qu’il n’est pas le père, ce tandis que, si l’on a identifié ce vrai père, celui-ci pourrait se voir attribuer cette paternité d’office. Il faudra peut-être alors réviser les droits et devoirs de la parentalité. Que la parentalité biologique donne, par exemple, plus de devoirs et moins de droits que la parentalité effective. Remarquons surtout que, dans le déni total de la science, on court au contraire toujours vers plus d’opacité dans la filiation officielle… L’extension des droits à l’adoption plénière aux paires de personnes de même sexe est une démonstration lamentable de l’écueil sur lequel s’échoue misérablement la société occidentale moderne. Il faudra bien évidemment à un gouvernement responsable revenir sur cet oukase absurde ordonné par une minorité agissante dangereuse pour le corps social.

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s