Décryptage des « 20 signes qui montrent que votre partenaire n’est pas celui qu’il vous faut »

Que ferait-on sans les bobos, ces gens qui se torturent leur petit cerveau tout mou à coups de perpétuelles questions stériles et prétentieuses, ces refaiseurs de monde qui s’imaginent avoir pour mission – méprisant leurs aïeux – de réinventer la société ? on aurait certainement pas autant de raisons de rire de leurs « pensées »… et de pleurer des crimes qu’ils commettent !

Festival d’esprit-es-tu-là boboïste avec Deborah Laurent, journaliste bien-pensante à 7 sur 7, qui nous régale de son petit existentialisme égotiste à elle toute seule dans une chronique de ce média en ligne. La dame-bobo s’inquiète de savoir si qu’on-a-choisi-le-BON-mec-ou-pas…

Allo ! Qu’en pense Nabilah ???

Décryptage :

Le « partenaire n’est pas celui qu’il vous faut »… Mais c’est quoi ce partenaire qu’il-vous-faut ? Au nom de quoi faudrait-il « un partenaire » ? Pourquoi y aurait-il un partenaire qui serait celui qu’il faudrait ? Qu’est-ce que c’est que ce déterminisme qui ferait qu’il y aurait un-partenaire qui serait « le bon » et pas les autres ?
– ce n’est rien qu’un postulat idéologique qu’il existerait quelque part un genre de « partenaire » idéal pour chacun, rien d’autre. Du pur délire idéologique.
« Être en couple est censé vous faire du bien. »… Ah bon ? D’où est sortie cette certitude ? Petit-Doigt a parlé ?

« Votre partenaire est censé être le petit plus qu’il manquait à votre vie de célibataire déjà très heureuse. » ??? Prendre un partenaire amoureux pour un « petit plus », n’est-ce pas un peu réducteur ? On n’est pas un peu mal barré quand on se met avec quelqu’un juste pour combler un manque à son petit bonheur égoïste à soi ? Enfin, si on est si « heureuse » célibataire, pourquoi vouloir d’un autre dans sa vie ? Autant rester seule !
« Mais parfois, on se trompe de personne et on se retrouve dans les bras d’un homme qui nous fait plus de mal que de bien. » Ce n’est que si ce que l’on attend d’un homme est qu’il vous fasse « du bien ». Et c’est quoi « faire du bien » ? Donner du plaisir ? des bijoux ? être l’esclave de sa belle ?…
« Voici les vingt signes qui vous disent que vous n’êtes pas avec le bon amoureux. » Le « bon amoureux »… mais c’est quoi cet animal-là ? Et si à courir après cet être d’exception, le bonnamoureux (la chasse est ouverte ?), on passait simplement à côté d’une vie simple et même à côté de sa vie tout court !

« – Il croit que vous lui appartenez. » Donc il ne faut pas se donner l’un à l’autre et s’appartenir mutuellement… mais espérer pourtant faire un couple : bon courage !

« – Il ne prend aucune responsabilité. Quand vous vous disputez, il remet tous les torts sur vous. » Dans une dispute entre égaux, on a toujours l’impression que c’est l’autre qui ne prend pas ses propres torts en compte et ne prend en considération que les nôtres ; il faudrait donc que le « partenaire » idéalisé soit un inégal, un inférieur, une lopette esclavagée obéissante et sans personnalité. Pas étonnant, dans ces conditions, qu’il ne prenne « aucune responsabilité » !

« – Il est émotionnellement indisponible. » Ou bien on en a l’impression.

« – Il boit trop ou prend de la drogue. » Avec ce qu’on attend de lui, à sa place, je ferais pareil !

« – Il est encore amoureux de son ex. » C’est que la nouvelle femme avec qui il est ne sait pas la lui faire oublier !

« – Vous marchez souvent sur des œufs avec lui, de peur de dire ou faire quelque chose qui lui déplaît. »Eh oui ! c’est difficile d’être deux, on doit constamment tenir compte de l’autre, de ce qu’il pensera, dira… La solution ? le célibat !

« – Il est dans le contrôle. » Ah ben je croyais qu’on lui reprochait de ne « pas prendre ses responsabilités » ? le pauvre : c’est lui qui « marche sur des œufs…

« – Vous ne savez jamais vraiment où vous en êtes avec lui. » C’est peut-être que vous vous posez trop de questions ? Si vous savez pourquoi vous vous mettez avec un loulou, vous saurez où vous en êtes !

« – Il veut bien tout faire… mais à ses conditions. » Ah donc il n’a pas à poser de conditions ? Esclave quoi !

« – Il vous fait des remarques irrespectueuses. » C’est fort désobligeant… mais ça ne m’étonne pas ! Quand on est si dominante, normal qu’il y ait encore un peu de rébellion chez le sujet, c’est même sain !

« – Soit c’est un bourreau de travail qui n’a pas de temps à vous consacrer, soit c’est un glandeur, qui n’a aucune ambition. » Donc il a toujours tout faux, à l’appréciation de sa maîtresse omnisciente.

« – Il fait des remarques désobligeantes sur vos amis et votre famille. » Encore une fois, ça ne m’étonne pas !

« – Vous avez toujours l’impression de devoir lui prouver quelque chose. » Si vous avez cette « impression », le problème est peut-être de bien de votre côté. S’il attend que vous lui prouviez quelque chose (et quoi donc ?), c’est que c’est lui qui n’a rien compris à votre « couple » d’égoïstes !

« – Pas de câlin après le sexe. Il quitte le lit, votre appartement ou, au mieux, vous tourne le dos. » S’il quitte votre appartement, c’est que vous ne formez pas un couple.

« – Il aime plus le son de sa propre voix que celui de la vôtre. Bref, quand vous discutez, il s’écoute parler. » Et alors ? Faire couple c’est jouir en écoutant la voix de son partenaire ? C’est ne pas aimer sa propre voix ? Étrange !

« – Il vous empêche d’atteindre vos objectifs, de réaliser vos rêves. » C’est-à-dire qu’il a une place dans votre vie et que vous aimeriez qu’il il y soit sans en avoir aucune… « Vos rêves », arrêtez donc de rêver si vous voulez vous mettre en couple ; le couple, c’est du concret, pas du rêve !

« – Il vous manipule. » Du moins, c’est votre impression. C’est vouloir le beurre et l’argent du beurre ; c’est « je veux un mec » mais qu’il n’ait aucune importance dans ma vie. Dans ce cas, mieux vaut adopter un chien !

« – Vous ne vous sentez pas aimée. » Soit c’est qu’il ne vous aime pas, alors pourquoi vous être acoquinée avec lui ? Soit c’est que cette sensation de n’être pas aimée est fausse. Dans tous les cas, si vous n’attendez du couple que l’« amour » – l’Hamour même -, c’est que vous n’avez rien compris à ce qu’est le couple et feriez mieux de demeurer une « grande amoureuse » qui finit seule ses jours !

« – Vous n’êtes pas amoureuse de lui mais vous n’aimez pas être seule. » Eh bien alors, je ne vois pas où est le problème ? Tout va bien ! il tient la compagnie que vous attendiez, quant à l’« amour », il viendra peut-être tout seul – patience ! Mieux ne vaut-il pas être avec un type bien que l’on n’aime pas que d’être avec une ordure qui fait battre votre petit cœur ?

« – Vous passez tout votre temps et votre énergie à essayer d’arranger ses problèmes. » Ouais, ben ça, c’est grave. En fait, c’est même la définition du couple quand on a remisé au placard ses rêveries d’adolescente attardée !

J’en dis qu’on a peu de chance de créer un couple à peu près heureux avec des exigences tant éloignées des réalités !

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s