L’aide d’État à la presse nationale

Capture du 2014-08-29 16:39:37

L’aide d’État, par exemplaire, à la presse quotidienne nationale :

– de quoi il ressort que les prix de revient sont quasi les mêmes (hors recettes publicitaires), compris entre 1€97 (Libé) et 2€19 (Le Monde) ; ce hormis pour Le Parisien et sa version régionale (Aujourd’hui) qui ne reviennent au total qu’à 1€15 le numéro.

– d’où il ressort surtout que la presse « de gauche » est plus aidée, du moins au numéro, que le journal plus connoté à droite, Le Figaro. C’est même le plus marqué « de gauche », même d’extrême-gauche pour certains, journal historiquement proche du PCF, qui est de loin le plus subventionné et dans des proportions très importantes : plus du tiers du prix de vente d’un numéro. Le second journal le plus sauvé au numéro, c’est le journal considéré comme le quotidien du PS par Jean-Luc Mélenchon, Libération. Ensuite arrive Le Monde, souvent considéré comme moins marqué à gauche. Enfin seulement vient le journal dit « de droite », Le Figaro.

On ne voit guère ce qui légitime cette préséance… L’Huma serait-il encore le canard de la classe ouvrière trop pauvre pour se le payer, vendu à la sortie des usines qui ont fermé ? L’a-t-il seulement été… L’ancien quotidien des classes laborieuses, disparu en même temps que le labeur de ces classes, c’était tout de même plutôt France Soir !

Certes, Le Monde est une feuille de chou considérée, même à l’étranger, comme « de prestige », chaque exemplaire construit comme une encyclopédie dans un style très très académique. Mais qu’est-ce qui justifie – si ce n’est que ce journal n’a plus d’acheteurs, faute de lecteurs intéressés à le lire – que Libé ait ses plus de 26 centimes au numéro – bien plus du quart de son prix de vente – pour un contenu devenu aussi médiocre et sans la moindre notoriété ? C’est là un grand mystère…

 

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’aide d’État à la presse nationale

  1. DELMAS Cyril dit :

    Le plus intéressant à faire, c’est de savoir qu’elle presse lisent, regardent ou écoutent, les gens aujourd’hui et sur quels supports (papier, radio, télé, web). Et surtout la presse que lisent les jeunes !
    Je suis dans le domaine de la presse écrite (monteur) et je suis inquiet de l’évolution de cette dernière. C’est un contre pouvoir, et il est nécessaire… Après il faut évoluer et connaître les évolutions dans la jeunesse et les gens en général pour voir que faut-il changer ou améliorer pour redonner goût à l’information…

  2. adelannoy dit :

    Le problème de la presse n’est pas nouveau. Balzac l’a déjà bien croqué dans la deuxième partie de ses Illusions perdues. Outre le problème de la formation des journalistes qui tient du bourrage de crâne et d’exclusion de ceux qui ne seront pas dans le moule idéologique, il y a un problème financier : des pigistes, des journalistes qui se recopient sans (avoir le temps de) vérifier leurs sources, pas assez d’enquêtes de fond et trop de réactions à chaud sur le spectacle de l’événement. Enfin il y a le financement… De moins en moins d’acheteurs, ça signifie de plus en plus de dépendance des investisseurs – banques, État, publicité. A quand une grande enquête sur les marchands de canons dans un journal de Lagardère ? sur le béton à TF1 ? sur le Comité d’entreprise d’EDF et le nucléaire dans L’Huma ? etc. Il manque des Cahiers de la Quinzaine de Péguy et l’Oeuvre de Gustave téry !

  3. Ping : Primaire des Décodeurs du Monde de la gauche | Adelannoy's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s