Manque de cohérence du discours ministériel

nunucheLa réforme de Najat VB, la « meilleure ministre de l’Éducation Nationale » d’après Hollande (mais il semble que « meilleure » signifie chez lui « qui soit dans ma poche », et puis il faut faire un peu de la lèche à l’électorat musulman – or Najat est d’origine musulmane – refroidi par les velléités gays du président PS du mariage pour les autres), cette réforme ne fait pas l’unanimité, mais presque, contre elle. Les trois quarts des enseignants eux-mêmes en voudraient la peau (non celle fort belle de la ministre, du moins a priori, mais celle de la réforme).

Devant être mise en application moins d’un an avant que le locataire actuel de l’Élysée ne se prenne un bon coup dans le derrière (qu’il a molletonné, heureusement pour lui), on sait tous que la réforme visée sera démantelée (ce ne sera pas pas la première) en emportant avec elle sa ministre et la gauche dans un tunnel que l’on peut raisonnablement estimer à au moins un quart de siècle – les patients pourront alors (peut-être) voir l’émouvant retour en grâce d’une Najat sexagénaire.

Tous sauf une, elle, Najat,  comme elle se répand sur touitteur :

Capture du 2015-08-30 08:31:19

Parfois, ne vaudrait-il pas mieux ne pas communiquer du tout que de dire de telles bêtises ? Or, pas tant que ça parce que la réforme ne sera pas « menée à bien » que parce que, de quoi que parle le ministériel message, il est complètement idiot. On dit parfois qu’une certaine justice immanente voudrait que l’on ne puisse pas être belle et intelligente à la fois, or miss Najat est fort belle. Toujours est-il que, désolé, il y a là un sacré problème de raisonnement ! En public, devant les derniers lobotomisés du parti que Mitterrand avait mis 20 ans à fonder et que son successeur de la même chapelle a détruit en autant de mois, aux avant-dernières universités de La Rochelle, toute logique s’est fait la malle du gouvernemental cerveau…

En effet, quelle qu’elle soit, on engage en général une réforme parce qu’on la croit bonne ; mais, si on la mène à bien, ce n’est par contre que parce qu’on en a les moyens. Ce n’est en aucun cas parce que la réforme serait bonne que l’on réussirait à la mener à bien. Ce serait mêler là des éléments qui n’ont aucun rapport entre eux. Ce serait faire preuve d’une grave confusion intellectuelle.

Dire ça, l’écrire ce qui est encore plus grave, c’est aussi stupide que si je disais : « Je vais arriver à bon port, parce que c’est très joli là-bas. » Or non ! Si j’arrive à bon port, c’est que la route est bonne, que je n’ai pas eu de panne, qu’il n’y a pas eu de bouchon, etc. Mais ce n’est pas parce que c’est joli où je vais que j’y arriverai ! Ça n’a juste rien à voir.

Et en plus, entre nous, c’est très moche là-bas.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s