Est-ce que l’agresseur musulman de Garde-Colombe est un terroriste islamiste ?

Est-ce que l’agresseur musulman de Garde-Colombe dans les Hautes-Alpes est un terroriste islamiste ? Une grande bagarre se fait, du moins dans les réseaux sociaux et dans les médias, entre ceux qui psychologisent l’acte et ceux qui le spiritualisent. Or, est-il possible de nier le caractère musulman de l’acte à l’issue duquel le coupable récite du Allah akbar devenu la formule consacrée des tueurs djihadistes ? Or, est-il possible de ne pas admettre que ce coupable-là semble bien effectivement dérangé ? Remarquons de suite que les réseaux sociaux sont moins injustement univoques que les journalistes quasi tous prêts à dénier la part d’essence musulmane dans ce qui s’est passé au village de vacances. Pour autant, qualifier ce crime d’attentat islamiste, du moins au su de ce que l’on connaît aujourd’hui, c’est ce à quoi nous nous refuserons.

Alors, si l’on ne peut répondre à cette question du caractère islamiste ou non du crime du Tunisien Mohammed, c’est peut-être que la question n’est pas la bonne. D’abord parce que, dans cette interrogation quant à savoir si l’agresseur musulman de Garde-Colombe est un terroriste islamiste, il faudrait, pour pouvoir répondre, que l’on définisse d’abord ce que c’est qu’un « terroriste islamiste ». Avec humour, certains moquent que ce cachet islamique ne serait admis qu’après 5 ou 6 Allah akbar ; ne serait « terroriste islamiste » que celui ayant atteint ce nombre minimal de proclamations que Dieu est le plus grand (Mohammed ne l’a répété que trois fois). D’autres, très informés, prétendent qu’il faut une revendication de l’État islamique, seul habilité à délivrer des brevets d’islamité terroriste urbi et orbi. Ou bien faut-il un nombre minimal de victimes ? et combien ?…

Tout cela nous semble des guerres picrocholines.

« Terroriste islamiste » ? si le « islamiste » renvoie à l’islam et particulièrement à une certaine lecture de ses écrits saints, le « terroriste » renvoie lui directement à la terreur conséquente des crimes commis. Si les meurtriers terroristes veulent tuer, leurs commanditaires de l’État islamique veulent surtout induire la terreur chez les vivants suite au massacre de ceux qui sont morts ou blessés. D’où l’audace de ces résistants qui, depuis le 14 novembre 2015, vont, la peur au ventre mais l’eau à la bouche, s’asseoir avec un courage exemplaire à la terrasse des cafés, en particulier dans les canicules. Telle vaillance aux avant-postes, sous la menace des éventuelles bombes humaines, des kalachnikovs et de la cirrhose du foie, voilà qui force le respect.

Cela dit, ne nous moquons pas de ces éthyliques patriotes, reconnaissons que ceux-là ont au moins en partie saisi que ce que cherchaient ceux qui les ont choisis comme ennemis, c’est avant toute chose à les terroriser eux, nous. Même vaillance se raconte encore de nos jours à Phuket où, lors d’un tsunami d’un lendemain de Noël, on vit ainsi un falangsé qui, ayant reconnu la vague qui lui arrivait dessus, plutôt que de se carapater vite fait de là, s’était retourné face à elle et l’avait défiée, bras croisés sur le torse gonflé, en lui criant un impressionnant « Même pas peu… » Les Thaïs avaient été très impressionnés par cet épisode, la vague beaucoup moins.

Tandis que certains, tel le vaillant falangsé de Phuket, ne veulent pas laisser leur peur aux djihadistes, d’autres se vantent qu’ils n’auront pas leur haine : tous ces gens sont donc bien avares à ne rien vouloir donner comme ça ? Ne serait-ce pas qu’ils sont tous de gauche ? on a toujours constaté, sous toutes les latitudes, que les gauchistes sont radins (ils disent d’ailleurs sans cesse que ce n’est pas cher parce que « c’est l’État qui paye », le principal étant à leurs yeux que ce ne soit pas eux qui aient à sortir les sous. Voilà qui prouve bien, d’ailleurs, que notre cher président – très cher président, même, des dizaines et des dizaines de milliers d’euros quand même –, François Hollande, est de gauche à qui aurait osé en douter).

Revenons à nos moutons abrahamiques un jour d’Aïd dans les Hautes-Alpes. Un musulman a agressé et poignardé une femme blanche et ses trois filles. Il semble que, de complexion psychique très fragile, l’agresseur ait obéi à « un coup de sang » dont il n’aurait même plus de souvenir. Pour autant, cela s’est déroulé dans un contexte national – moins de cinq jours après l’attentat islamiste de Nice, attentat qu’ont suivi d’autres incidents moins tragiques –, européen – le lendemain de l’agression islamiste d’Allemands à la hache dans un train – et international – une dizaine de jours après le kamikaze islamiste de Hassaké en Syrie, un mois après celui dans une boîte de nuit à Orlando – pour le moins marqué par ce caractère terroriste islamiste. Il a été rapporté que l’agresseur aurait été choqué par les tenues vestimentaires de ses victimes tandis que son épouse à lui serait voilée, ce qui plaide sans aucun doute pour le caractère d’inspiration musulmane du drame. Une autre rumeur, assez incompréhensible dans la manière dont elle est donnée par les médias, circule qui attribue à l’assassin potentiel (la plus jeune des filles qu’il a blessées est en danger de mort) qu’il aurait été outré par un comportement grossier de l’époux de la femme poignardée. Est-ce vrai ou non ? cela ne change pas grand-chose à notre affaire. Être choqué par le vêtement ou le comportement de quelqu’un, cela n’a rien de spécifiquement musulman. Beaucoup sont choqués de voir des filles voilées, bienheureusement, fort peu de ces dernières sont agressées. Est-ce qu’il serait spécifique à l’islam de passer de la désapprobation à l’agression ?

Si nous répondions* en l’occurrence oui, il ne faudrait pas oublier ici le contexte. Le contexte du crime est un musulman à l’état psychique qui semble en très mauvaise passe, plongé dans un temps où certains nervis se réclamant de sa religion accomplissent des actes de folie meurtrière. (Car oui, tous les massacreurs de l’État islamique sont des déséquilibrés.) Mohammed, l’agresseur des Hautes-Alpes, a témoigné de cette obsession en lançant ses Allah akbar au commissariat. Alors il est bien possible qu’une lubie ait passé l’ombre d’un instant dans le cerveau dérangé de Mohammed pour le faire s’imaginer appelé par Allah au djihad. Il est bien possible que ça l’ait poussé à prendre son Opinel sur la table pour égorger ces femmes d’à côté dont la tenue ou autre chose l’exaspérait. Oui, il est bien possible que la « radicalisation » d’une personne en plein désordres psychiques se fasse dans l’instant et ne dure même pas plus d’une minute ou deux. C’est même là l’une des plus grandes forces de ce terrorisme de l’EIL de faire que le climat de terreur qu’il engendre puisse en terroriser certains au point de les faire terroristes eux-mêmes pour échapper à leur propre terreur. Dès lors, attribuer ou non une volonté terroriste islamiste au geste n’a plus guère d’importance. Quoi qu’il en soit, il est assez probable qu’il y a eu cinq victimes du terrorisme islamiste à Garde-Colombe : quatre femmes et leur agresseur, le seul gagnant – hormis les résistants, chopes en main, sur leurs terrasses de café –, c’est l’État islamique.

(J’assume que tout cela est assez défaitiste. Mais les vents peuvent tourner. Pour l’heure, les djihadistes sont ceux qui marquent des points et les Français – peut-être même le Tunisien Mohammed avec eux – sont ceux qui en perdent.)

 

  • J’écris « répondions », pas « répondons », or ce n’est pas par précaution « oratoire », c’est parce que ce n’est pas ma réponse à cette heure.

 

ADDENDUM

Puisque les événements terroristes européens se précipitent en ce mois de juillet, un Iranien a tué six personnes à Munich. Iranien, cela signifie a priori chiite, donc sans aucun lien possible avec l’État islamique sunnite. Le Allah akbar arabe qu’il aurait prononcé est une formule (qui signifie textuellement que « Dieu est le plus grand ») commune à tous les musulmans, soient-ils sunnites, chiites, arabes, indonésiens, albanais ou perses. L’assassin de Munich semblait psychologiquement atteint lui aussi, nourrissant une fascination morbide pour les massacres de masse. Du coup, l’intelligentsia des « milieux informés », célébrés par Coluche en son temps, insiste sur le rapport avec Andreas Breivik, le Norvégien ayant exécuté, juste cinq ans plus tôt, des dizaines de jeunes gens que le tueur considérait comme coupables de ne pas défendre sa vision à lui de l’Europe – une Europe blanche et chrétienne, voire même plutôt paganiste. Si le tueur de Munich a bien tué des étrangers (kosovars, turcs et grecs), il n’était pourtant allemand lui-même que « de papier » au sens  du Andreas Breivik qui l’aurait inspiré. Quant à ses victimes, certes étrangères, hormis les Turcs (or, beaucoup de Turcs, comme Erdogan, sont originaires du continent européen), elles sont pourtant européennes. On pourra dire qu’Iranien, Perse, le tueur était donc lui-même Indo-Européen… mais il semble que quasi toutes ses victimes décédées l’étaient autant que lui. (Pour ce qui est des autres victimes qu’il a blessées, leurs nationalités et origines ne sont guère médiatisées…) Enfin, il est difficile de comparer ces deux actes : Breivik ne s’est pas du tout suicidé après son massacre, il est en prison et jugé pénalement responsable, c’est-à-dire que l’on ne considère pas qu’il a tué dans un moment de folie ni ne le juge psychologiquement faible, rien à voir de ce côté avec le tireur de Munich. Quant à des revendications pan-européennes de race blanche paganiste, veant d’un Iranien, elles ne sont guère crédibles.

En focalisant dans l’affaire munichoise sur le massacre commis par le Norvégien, il ne fait guère de doute que l’on cherche à culpabiliser l’extrême-droite. Or le tueur de Munich ne semblait pas tant que ça un fan de Breivik, il avait aimé son massacre, mais il avait aussi aimé le massacre qui avait eu lieu à Stuttgart en 2009 où 15 Allemands avaient été tués et où aucune motivation, ni d’extrême-droite ni islamique, n’avait été retenue pour expliquer les faits. Hormis la date anniversaire du massacre de l’île norvégienne d’Utoya, le climat terroriste essaimé par les terroristes islamistes a certainement aidé ici (aussi ?) au passage à l’acte barbare.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s