Le Havre : il tue sa mère qui l’empêchait de partir au djihad en Syrie

Quand on ne veut pas voir, on ne voit pas.

Il a tué sa mère parce qu’elle ne voulait pas qu’il aille en Syrie jouer à la guerre au nom* d’Allah.

Extrait du site France info :
capture-du-2016-09-13-003610

Premier point qui devrait sauter aux yeux, mais que l’on ne veut pas voir : et papa ?

Apparemment, y a pas papa… Il semble que la « famille » « L. », ce soit fiston assassin et maman tuée par lui.

Deuzio. Le jeune homme assassin a 25 ans et maman… 62 ! Le seul enfant de cette dame, elle l’a eu, à priori sans père ni frère ni sœur, à 37 ans…

Oui, bien sûr, une femme peut avoir « fait un bébé toute seule », comme dans la chanson, à 37 ans. Ne serait-il pas bien que ce genre de choses ne soit qu’exceptionnel ? Excusez-moi de faire vieux-jeu, mais je pense que oui. Malheureusement, dans ce pays de France postmoderne, ce n’est pas le cas que ce soit exceptionnel d’être fille-mère à des âges qui ne sont guère ceux d’une parturiente.

L’enfant parricide serait suivi pour troubles psys. Rien d’étonnant à cela : c’est le cas d’énormément d’enfants ne grandissant pas entre leur père et leur mère. À ce sujet, Laurent Mucchielli, star de l’extrême droite comme chacun sait, a fait des études éclairantes. Le matricide a par ailleurs, antérieurement, commis des actes de délinquance et n’avait encore échappé que de peu à l’incarcération or, comme c’est bizarre, les 3/4 des prisonniers seraient sujets à des troubles psychiatriques.

Quant à ces troubles psychologiques qui, si l’on s’en réfère aux médias du système, frappent tant de gens qui crient Allah ouakbar, ils touchent aussi environ un Français sur cinq. Près de 20% des Français souffrent de troubles psychiatriques. Autant dire que, si notre assassin est bien un enfant unique de mère célibataire, de plus de condition pauvre vivant dans une minable HLM, petit délinquant par dessus le marché, la probabilité qu’il soit victime de problèmes psychiques est énorme. capture-du-2016-09-13-004135

Alors, les médias ne pourraient-ils pas s’abstenir sagement de taxer de déséquilibritude toute personne ayant commis une agression en invoquant la religion musulmane ? Ça tend quand même un peu à faire passer tous les musulmans pour des fous ! Ce alors qu’il y a une telle proportion de Français qui consultent, ou ont une fois dans leur vie consulté, un psychothérapeute que cette information… n’en est même pas vraiment une. Qui plus est, si le type a étranglé sa mère, on s’en doute un peu qu’il est au minimum un peu fou ! Non ? Peut-être que je me trompe et qu’il y en a qui trouvent tout à fait normal d’étrangler sa mère, allez savoir ! dans notre monde de fous ! Après tout, il y en a bien qui trouvent normal de marier deux hommes ensemble ! Pour ces gens-là, peut-être que tuer sa mère n’est pas un signe de démence ?

La cerise sur le gâteau, c’est que l’assassin de sa mère ne s’appelle pas « M. » ni « F. », son prénom est Nicolas. C’est étrange, les médias qui-pensent-bien avaient promis de ne plus donner en pâture aux zélateurs des zeurléplussombres les prénoms des terroristes : les consonances arabes de ceux-ci semblaient les gêner !… Alors que là, Nicolas, pourquoi se priver ? se sont-ils joyeusement dit.

En fin de compte, les journalistes obéissent à l’injonction de leur confrère Éric Zemmour qui veut que les parents ne donnent que des prénoms du terroir à leurs gamins. Ils complètent juste le vœu de Zemmour en ne publiant dans leurs journaux que ces prénoms-là et interdisant aux meurtriers de s’appeler Mohamed ou Farida. Les prénoms trop musulmans sont interdits de presse : Zemmour l’a désiré, les médias le mettent en œuvre. Moralité (pas sûr que ce soit le terme qui s’impose), si tu t’appelles Moktar et que tu veux ton quart d’heure de célébrité (posthume) en faisant péter une bombe au nom de Mahomet, laisse tomber ! c’est peine perdue : les  journalistes ne veulent pas de ce prénom-là. Alors, pour se faire un nom en tant que terroriste, Moktar devra, conformément la loi Zemmour, commencer par changer son prénom en Michel ou Nicolas qui sont des prénoms bien français, bien politiquement corrects, de terroriste.

Le point positif dans tout ça, c’est que je crois que l’on est tombé si bas que l’on devrait très bientôt toucher le fond.

 

  • « au nom d’Allah » : les dieux ont ceci de pratique que, connaissant leur mutisme, les gens qui en parlent leur font dire n’importe quoi. (Écouter, par exemple, l’islamologue Éric Zemmour.)
Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Havre : il tue sa mère qui l’empêchait de partir au djihad en Syrie

  1. Saligo dit :

    Il est vrai que c’est énervant cette façon de faire des journalistes qui ont tendance à nous prendre pour des abrutis. Ils ne se rendent pas compte que cette façon de faire, qui consiste à considérer comme déséquilibré toute personne disant agir au nom d’une religion, n’est pas très éloignée des méthodes dictatoriales qui consistaient à enfermer dans des asiles les citoyens qui disaient agir et s’exprimer au nom de la démocratie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s