Primaire de la gauche

Les deux débats de la primaire de la gauche sont passés, ils furent éreintants. Ceux de la droite, annoncée gagnante, avaient été pénibles, ceux de la gauche, quasi certainement absente du second tour de la présidentielle, furent assommants. Des débats de la droite, Jean-Frédéric Poisson avait surgi comme une lumière dans les ténèbres, avec très certainement le même résultat, Jean-Luc Bennhamias est apparu comme le seul non zombifié des candidats de la gauche. Les autres étaient épouvantables. Quoi qu’on pense de lui, il portait quelque chose quand ses concurrents ne portaient à peu près rien.

Passons sur les figurants, Sylvia Pinel, dont le seul charme fut son accent occitan ; Rugy, dont, après deux débats, on ne sait toujours pas ce que cette statue faisait là. Au-delà de ceux-là, Peillon a brillé par son professoralisme exaspérant d’agrégé qui veut se faire passer pour un universitaire. Avec lui, si éloigné du monde réel, on avait l’impression que l’on avait un extra-terrestre sur le plateau. Il est complètement à la masse.

Restent les trois favoris. Valls, en l’absence de les « méchants » (Dieudonné, Soral, les conspirationnistes, les antisémites, les antisionistes, etc.) qu’il apprécie tant de fustiger, a été mortellement creux et n’a brillé que par ses appels du pied aux gens de droite – chasse au cannabis et fermeture des frontières – et aux juifs, en revenant sur ses exploits contre les vilains précités, à voter pour lui. Ce type n’a vraiment aucune envergure. Une marionnette sans la moindre structure, un mioche casse-bonbons de cour de récré.

Si ce matador de bac à sable conserve une chance de passer au deuxième tour, il y rencontrera très certainement Montebourg ou Hamon. Mais le premier a été décevant, perdu entre ses contradictions, trop pédant pour plaire, il devrait être devancé par Benoît Hamon. Celui-ci n’a pas été bon, coincé dans ses logiques partisanes très cloisonnées, il a tout de même présenté un des discours les moins déconstruits de ce clan des sept.

Il est probable que ce soit Hamon qui sorte de la primaire de la gauche. Probable aussi qu’il ne passera pas le premier tour de l’élection présidentielle de 2017.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s