Vous n’aurez pas ma haine ! je suis trop radin pour ça

(Le terme « gauchiste » ou « de gauche » correspond historiquement à « social-démocrate ». Les purs gauchistes d’aujourd’hui sont, en France, François Hollande, Daniel Cohn-Bendit ou Emmanuel Macron.)

Les gens de gauche sont radins, c’est bien connu. La radinerie est même le trait caractéristique de toutes les personnes « de gauche ». Ces gens de gauche sont tellement radins qu’ils demandent sans cesse à la puissance publique d’intervenir pour secourir les plus pauvres auxquels il n’est pas question qu’eux-mêmes accordent la moindre aide que ce soit. Eux, en effet, ne donneront jamais rien à quiconque, aussi, pour ne plus qu’ils se sentent gênés par ces mains de sans-dents qui les dérangent tant quand elles se tendent pour leur demander la charité, ils exigent que ce soit d’autres qu’eux qui viennent au secours des plus démunis. « C’est pas cher, c’est l’État qui paye ! » voilà quelle est la devise du gauchiste.

« Vous n’aurez pas ma haine » est une phrase typique de gauchiste. Par là, le gauchiste exprime qu’il est tellement radin qu’il ne veut même pas donner sa haine à ceux qui ont, par exemple, massacré la mère de son enfant. Il nargue ainsi les assassins : « Vous pouvez y aller, les gars. Ma haine, je la garde pour moi. Vous n’en aurez rien ! je suis bien top avaricieux pour vous refiler quelque chose qui m’est si précieux. »

Le gauchiste sait bien que sa haine a une grande valeur. Du coup, il la cadenasse dans un coffre-fort tout au fond de son cœur et ne l’en laissera jamais sortir. Il y aurait trop de générosité à donner sa haine à ceux qui lui ont tué un être qu’il chérissait ; quelque part, leur donner sa haine, ou même la leur prêter ne serait-ce qu’un instant, ce serait accorder un certain respect à ceux-là qui lui ont tué sa compagne.

Alors que non, il n’accordera pas sa haine à ces gens qu’il ne considère même pas comme des humains et qui n’ont droit qu’à son mépris. Pour lui, ceux qui lui ont pris ce quelque chose auquel il tenait ne sont d’ailleurs pas des humains, au mieux sont-ils « déséquilibrés », lui ne voit en eux que des animaux : on ne va tout de même pas haïr des bêtes ! Une bête, ça ne tue que par instinct, pour se défendre souvent, c’est d’ailleurs parce que ces « bêtes » se croyaient attaquées qu’elles ont bêtement mis à mort sa bonne amie un 13 novembre. On ne peut pas davantage en vouloir à un tigre qui vous égorge dans la jungle qu’à un animal djihadiste qui ferait ça au Bataclan ! c’est ainsi que raisonne un gauchiste.

Si le djihadiste s’est mué en bête, c’est parce qu’on ne lui a pas donné assez –  étant bien entendu qu’il ne saurait être question que ce soit lui, le gauchiste, qui donne, ni sa haine ni rien d’autre, mais que cela incombe à l’État et seulement à l’État-c’est-pas-cher.

Le gauchiste le sait parfaitement bien que la cause de tout cela est le manque d’évolution de certains hominidés : ces derniers (des derniers, selon lui) n’ont pas atteint la majorité, ils sont encore des mineurs kantiens perdus dans les superstitions, c’est exactement pareil que les cathos de la Manif pour tous (sauf que ces cathos n’ont pas l’excuse d’arriver des « peuples inférieurs » de Jules Ferry et Léon Blum). Ce n’est que parce qu’ils sont bêtes que les djihadistes tuent comme ça, on ne peut en vouloir à des bêtes ! mais on peut les domestiquer, les déradicaliser, les civiliser puisqu’elles ne le sont pas encore et appartiennent pour l’instant au règne animal de l’État islamique (mieux vaut d’ailleurs dire « daèche » qui sonne un peu comme le cri d’un fauve).

Si ces bêtes étaient instruites dans les lumières qui sont celles du bon gauchiste, avec l’État qui donnerait à ces bêtes ce qu’il leur faut pour leur litière, elles pourraient même devenir des êtres humains et même mériter qu’on les respecte ! alors que là, non ! elles ne sont que des animaux dangereux qu’il faut apprivoiser.

Tout cela, nous dit le gauchiste, ce n’est qu’une question de domestication du djihadiste. Une fois qu’on lui aura fait quitter la minorité kantienne dans laquelle il erre, on a bon espoir d’en faire un bon bobo comme les autres. Ça marchera peut-être même mieux qu’avec ces manif-pour-tous qui s’accrochent comme des sangsues au règne animal et refusent de se laisser civiliser comme il faut. Alors qu’avec ceux-là, et même avec les djihadistes, on a bon espoir de tellement les faire évoluer vers les lumières de la gauche que, qui sait ? ne pourrait-on prendre un jour une musulmane pour Marianne ? après qu’elle aura abandonné son voile, ayant réalisé que sa religion n’était qu’une bêtise et étant donc devenue humaine comme tout bon gauchiste.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s