Le PS compense la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant !

Il y a quelques heures, un tweet de Nicolas Dupont-Aignan a suscité certains commentaires ainsi que des demandes de précision que nous avons souhaité vous apporter ici.

Ce tweet est le suivant :

@dupontaignan

« En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant ! »

Il est parfaitement étayé et justifié.

1) Il s’appuie sur des données officielles et des chiffres inattaquables

Baisse de la natalité : le solde naturel (différence entre les naissances et les décès) en 2016 est de 198 000 (Source INSEE Bilan démographique 2016). À titre de comparaison, le solde naturel était de 302 000 en 2006.

Augmentation de l’immigration : le chiffre des entrées légales d’étrangers hors Union Européenne en France est de 227 550 en 2016 (Source ministère de l’intérieur). À titre de comparaison, les entrées légales étaient de 171 000 en 2006. Ces chiffres n’incluent pas l’immigration illégale. Ainsi une minorité des 59 000 demandeurs d’asile déboutés en 2016 a été expulsée réellement (24 000 personnes ont été éloignées du territoire en 2016).

Si l’on additionne les entrées légales, les déboutés du droit d’asile qui restent en France et l’immigration des autres pays de l’Union Européenne qui n’est pas comptabilisée, on constate très clairement que l’immigration est plus importante que l’accroissement naturel. Ce constat est factuel et est perçu par les Français dans leur vie quotidienne.

2) Ils ne font que constater l’évidence, sans abus de langage, à savoir que la composition de la population de la France évolue (comme en témoignent les chiffres précédemment cités).

M. Apathie affirme sur France Info que NDA ne compte pas les sorties d’immigrés et que le solde migratoire est de seulement 33 000. Libération, de son côté, parle de 95 000 sorties sans revenir sur les entrées.

M. Apathie et Libération s’appuient sur une étude de référence publiée par l’INSEE en 2015 et qui analyse les soldes migratoires entre 2006 et 2013.
Cette étude démontre que le chiffre de 33 000 est totalement artificiel, car il mêle trois catégories de personnes qui vivent en France :

· Les immigrés dont le solde migratoire pour la France est positif de 140 000 (235 000 entrées en 2013 pour 95 000 sorties).
· Les personnes nées en France dont le solde migratoire est négatif. En effet, 120 000 quittent la France (77 000 entrées en 2013 contre 197 000 sorties) contre seulement 60 000 en 2006.
· Les personnes nées françaises à l’étranger dont le solde migratoire pour la France est positif de 13 000.

Deux tendances évidentes ressortent de ces chiffres : de plus en plus de Français s’expatrient et ils sont numériquement compensés par des étrangers. À ce stade, il s’agit de simples constats. Attention, il n’y a plus de chiffres mesurant précisément le solde migratoire depuis 2013 : il va de soi qu’à la lumière des chiffres de 2016, le phénomène s’accentue.

Le chiffre brandi 33 000 de par M. Apathie ignore ces évolutions sur lesquelles NDA souhaite alerter les Français.

Les chiffres de Libération ignorent carrément les entrées.

3) Quelle est la proportion d’étrangers et de Français dans l’accroissement de la population Française

L’étude INSEE de référence nous apprend que la population française a augmenté de 276 000 en 2013.
Dès lors, il apparaît que dès 2013, la majorité de l’accroissement naturel de notre population était liée à l’immigration.

Nous avons fait le choix par honnêteté intellectuelle de prendre les chiffres de 2013, car il s’agit de la dernière année pour laquelle nous disposons de l’ensemble des chiffres, de sources officielles. Néanmoins nous disposons de quelques données pour 2016, année marquée par une vague migratoire sans commune mesure avec des demandeurs d’asile venant majoritairement de pays comme la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et le Soudan. Ainsi, les chiffres du ministère de l’Intérieur font état de 85 000 demandes d’asile en 2016 contre 66 000 en 2013 (+29%).

En parallèle, la hausse ininterrompue du nombre d’expatriés et la baisse du solde naturel nous démontre que la proportion d’immigrés dans l’accroissement naturel de la population française a vraisemblablement augmenté fortement.

Nos chiffres ne prennent jamais en compte l’immigration illégale. Les non-reconductions de la majorité des déboutés du droit d’asile et l’explosion du nombre de titulaires de l’AME montrent que le nombre de clandestins ne cesse d’augmenter.

Refuser ce simple constat, c’est faire preuve d’un déni de réalité et s’interdire une politique migratoire intelligente, condition préalable à l’harmonie sociale et à l’assimilation.

Telles sont les précisions que nous souhaitions vous apporter.

Fidèlement à vous.

Laurent Jacobelli, porte-parole de la campagne NDA2017, directeur stratégique
 
Olivier Clodong, directeur opérationnel de la campagne 2017

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Primaire de la gauche

Les deux débats de la primaire de la gauche sont passés, ils furent éreintants. Ceux de la droite, annoncée gagnante, avaient été pénibles, ceux de la gauche, quasi certainement absente du second tour de la présidentielle, furent assommants. Des débats de la droite, Jean-Frédéric Poisson avait surgi comme une lumière dans les ténèbres, avec très certainement le même résultat, Jean-Luc Bennhamias est apparu comme le seul non zombifié des candidats de la gauche. Les autres étaient épouvantables. Quoi qu’on pense de lui, il portait quelque chose quand ses concurrents ne portaient à peu près rien.

Passons sur les figurants, Sylvia Pinel, dont le seul charme fut son accent occitan ; Rugy, dont, après deux débats, on ne sait toujours pas ce que cette statue faisait là. Au-delà de ceux-là, Peillon a brillé par son professoralisme exaspérant d’agrégé qui veut se faire passer pour un universitaire. Avec lui, si éloigné du monde réel, on avait l’impression que l’on avait un extra-terrestre sur le plateau. Il est complètement à la masse.

Restent les trois favoris. Valls, en l’absence de les « méchants » (Dieudonné, Soral, les conspirationnistes, les antisémites, les antisionistes, etc.) qu’il apprécie tant de fustiger, a été mortellement creux et n’a brillé que par ses appels du pied aux gens de droite – chasse au cannabis et fermeture des frontières – et aux juifs, en revenant sur ses exploits contre les vilains précités, à voter pour lui. Ce type n’a vraiment aucune envergure. Une marionnette sans la moindre structure, un mioche casse-bonbons de cour de récré.

Si ce matador de bac à sable conserve une chance de passer au deuxième tour, il y rencontrera très certainement Montebourg ou Hamon. Mais le premier a été décevant, perdu entre ses contradictions, trop pédant pour plaire, il devrait être devancé par Benoît Hamon. Celui-ci n’a pas été bon, coincé dans ses logiques partisanes très cloisonnées, il a tout de même présenté un des discours les moins déconstruits de ce clan des sept.

Il est probable que ce soit Hamon qui sorte de la primaire de la gauche. Probable aussi qu’il ne passera pas le premier tour de l’élection présidentielle de 2017.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Primaire des Décodeurs du Monde de la gauche

Les « Décodeurs » du Monde sont censés être ceux qui rétablissent la vérité où est propagée une erreur. Mais, ils ne font que répéter ce qu’il est politiquement correct de penser face à ce dont ils ont en toute partialité jugé que ça ne l’était pas, la vérité n’ayant aucune importance à leurs yeux.

Suite à l’ennuyeux premier débat de la primaire de la gauche, ils ont donc pondu une petite vidéo pour tacler ce qui a choqué leurs chastes oreilles sur le plateau hier soir. Ils ont ainsi repéré « trois intox ».

Voyons cela !

1°) Selon les fonctionnaires-journalistes du Monde, fonctionnaires puisqu’ils sont largement payés par les impôts des Français, Montebourg a tort de vouloir rétablir les contrôles aux frontières puisque c’est déjà fait depuis novembre 2015. Effectivement, il est vrai qu’il a été déclaré officiellement que ça avait été fait et il y a même eu des reportages avec mises en scène de contrôles aux frontières. Mais, hormis ces moments où les caméras sont présentes, il n’y a quasi aucun contrôle aux frontières, un reportage le constate ici (il en existe beaucoup d’autres) et un automobiliste s’est ici fait filmer passant une frontière où le « contrôle » consistait en tout et pour tout à admirer un panneau de signalisation. L’inexistence de ces contrôles à la frontière est si vraie que, trois mois après l’installation des prétendus contrôles aux frontières françaises, la Belgique a dû en établir de son côté pour empêcher les migrants venant de France d’entrer sur son territoire national. Montebourg 1 – Décodeurs 0.

2°) Jean-Luc Bennhamias apprend sur le plateau que son programme prévoirait la création d’un corps de « vigiles privés ». Or les Décodeurs constatent que le candidat sans cravate ni cheveux annonce bien la création d’un « corps de vigiles de sécurité équipés d’armes non-létales ». Les Décodeurs ont donc raison ? Eh bien non, leur preuve n’en ai pas une. Leur erreur, puisqu’il ne saurait bien entendu s’agir de malveillance, consiste à faire la confusion entre « vigile » et « vigile privé ». Si, dans notre société, les vigiles ne sont d’ordinaire pas des fonctionnaires publics, la définition de vigile n’est pas forcément celle d’un garde exerçant au sein d’une police privée. Les premiers vigiles, dans la Rome antique, étaient d’ailleurs des agents publics. C’est la journaliste, ici, qui semble extrapoler avec les Décodeurs qui suivent à mauvais escient sa déduction contestable (nous ne sommes pas allé vérifier sur le programme du candidat et nous contentons des éléments présentés comme concluants par Le Monde pour conclure… qu’ils ne le sont pas).

capture-du-2017-01-13-101806

3°) Arnaud Montebourg, encore (décidément, il ne leur plaît pas celui-là !), semble s’être trompé en doublant un chiffre, ce en quoi les Décodeurs ont certainement raison tant celui annoncé par le candidat est disproportionné. Pour autant, je ne sais plus quel candidat a annoncé sur le même plateau un chiffre de 1600€ comme étant le salaire médian. Or lui aussi s’est trompé : ce salaire médian est autour de 1750€ ce que n’ont pas relevé nos chers (largement payés par nos impôts) Décodeurs. Certes, accordons à ces Décodeurs que l’erreur est moins grande que celle commise par Montebourg (leur bête noire) !

Toujours est-il que, si la dernière intox semble bien être une grosse erreur de Montebourg, si la seconde « intox » n’a pas l’air d’en être une mais un secours amené à une consœur-journaliste qui s’est plantée, la première affirmation des Décodeurs est purement de l’intox majuscule : la vérité est que les contrôles aux frontières n’ont effectivement pas été rétablis en France. Mais voilà : prôner ces contrôles, c’est mal, c’est être souverainiste, égoïste, nationaliste, chauvin, xénophobe, raciste, islamophobe, antisémite, c’est être Pétain, nazi, etc. Par conséquent, quoi qu’il dise, on frappe sur celui qui, selon les collaborateurs du Monde, va dans cette direction qui ne peut conduire, ne faisons pas de détail ! qu’à Auschwitz.

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

David Hamilton s’en va et toute une époque avec

Le pointeur David Hamilton est mort. Il s’est suicidé suite à la révélation que, outre son statut officiel de photographe « artistique » de très jeunes filles à poil, c’était un violeur de ses gamines à qui il ne sortait pas que l’objectif de son appareil photo.

Ses photos n’étaient pas laides mais elles sur-abusaient de filtres pour donner un genre années 80, un genre kitsch fleur bleue comme étaient ces années ridicules. Ça plaisait aux jeunes filles de bonne famille qui les agrafaient en exemple au-dessus de leur lit et qui, depuis, ont toutes divorcé et vécu les vies de galère qui conviennent, une belle leçon !

Saluons à l’occasion Thierry Ardisson qui n’a pas eu peur de diffamer en dénonçant les méfaits du photographe encensé par les élites. Pas très chrétien pour le coup, Ardisson a fait mieux, il s’est montré un homme. La loi est parfois faite pour être violée, pas les femmes, Ardisson s’est souvenue de cette règle des hommes. Bravo à lui!

C’est drôle : l’imposteur Boulez, faux musicien et vrai fonctionnaire, a cané en début de cette année tandis que les excréments qu’il a commis sous le nom usurpé de « compositions » (lol) ne sont plus joués nulle part. Il est suivi par Hamilton, cet autre ovh-photos-david-hamilton05escroc (mais moins, ce cochon d’Hamilton avait un certain talent à savoir saisir la terreur dans le regard de ses victimes-modèles) de l’art et serviteur de lard, quelques mois plus tard. Que ça continue comme ça ! C’est la fête ! (mais Resnais et Duras ont déjà pris la tangente depuis pas mal de temps…)

J’avoue prendre un certain plaisir à goûter la déchéance minable de ces pédants qui faisaient la leçon et la loi dans le temps maudit qui fut celui d’il y a quarante ans…

 

 

J’ajouterai quelques précisions. Je crains que certains veuillent lire entre mes lignes ce que je n’ai pas écrit. En effet, je n’ai pas de haine pour David Hamilton. Il s’est suicidé et certains se persuadent qu’il aurait même été innocent. Certes, c’est possible, mais franchement peu probable. Qui se suicide parce qu’il ne supporte pas les attaques qui sont portées contre lui est une personne faible, je ne traiterai pas Hamilton de faible. Faible, il l’a plutôt été en ne refrénant pas ses pulsions. Il a préféré ne pas vivre dans le scandale face aux révélations qui ont entaché sa réputation, libre à lui, ça le regarde. Je parle d’Hamilton comme d’un « pointeur », c’est-à-dire d’un violeur, il l’a été, sauf à considérer que toutes celles qui l’accusent sont des menteuses. Je le traite d’escroc dans la mesure où, d’abord, ses photos, plutôt bien en tant que telles, ne méritaient pas, esthétiquement, le succès dément qu’elles ont eu. De ce côté, c’est le public qui est davantage coupable que l’artiste. De ce côté, il est autrement dépassé par des Resnais ou Duras, et complètement innocent par rapport à un Boulez qui, non seulement n’avait aucun talent, mais n’avait non plus aucun public (hormis trois, quatre foldingues). Mais notre photographe était surtout escroc dans la manière de présenter son travail comme exclusivement artistique, ce tandis qu’il abusait sexuellement de certains de ses modèles.

Quoi qu’il en soit, je ne fais que dire ce que David Hamilton a été. Encore une fois, je n’ai pas la moindre haine pour lui. J’ai même de la compassion pour ce pointeur et ne me réjouit pas de sa mort. Il a fauté, nous le faisons tous à notre tour. Il s’est trompé, il a été trompé par une époque sombre. N’a-t-il pas d’abord été, comme beaucoup, un lapin ébloui par les phares de la « Révolution sexuelle » ?…

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le Havre : il tue sa mère qui l’empêchait de partir au djihad en Syrie

Quand on ne veut pas voir, on ne voit pas.

Il a tué sa mère parce qu’elle ne voulait pas qu’il aille en Syrie jouer à la guerre au nom* d’Allah.

Extrait du site France info :
capture-du-2016-09-13-003610

Premier point qui devrait sauter aux yeux, mais que l’on ne veut pas voir : et papa ?

Apparemment, y a pas papa… Il semble que la « famille » « L. », ce soit fiston assassin et maman tuée par lui.

Deuzio. Le jeune homme assassin a 25 ans et maman… 62 ! Le seul enfant de cette dame, elle l’a eu, à priori sans père ni frère ni sœur, à 37 ans…

Oui, bien sûr, une femme peut avoir « fait un bébé toute seule », comme dans la chanson, à 37 ans. Ne serait-il pas bien que ce genre de choses ne soit qu’exceptionnel ? Excusez-moi de faire vieux-jeu, mais je pense que oui. Malheureusement, dans ce pays de France postmoderne, ce n’est pas le cas que ce soit exceptionnel d’être fille-mère à des âges qui ne sont guère ceux d’une parturiente.

L’enfant parricide serait suivi pour troubles psys. Rien d’étonnant à cela : c’est le cas d’énormément d’enfants ne grandissant pas entre leur père et leur mère. À ce sujet, Laurent Mucchielli, star de l’extrême droite comme chacun sait, a fait des études éclairantes. Le matricide a par ailleurs, antérieurement, commis des actes de délinquance et n’avait encore échappé que de peu à l’incarcération or, comme c’est bizarre, les 3/4 des prisonniers seraient sujets à des troubles psychiatriques.

Quant à ces troubles psychologiques qui, si l’on s’en réfère aux médias du système, frappent tant de gens qui crient Allah ouakbar, ils touchent aussi environ un Français sur cinq. Près de 20% des Français souffrent de troubles psychiatriques. Autant dire que, si notre assassin est bien un enfant unique de mère célibataire, de plus de condition pauvre vivant dans une minable HLM, petit délinquant par dessus le marché, la probabilité qu’il soit victime de problèmes psychiques est énorme. capture-du-2016-09-13-004135

Alors, les médias ne pourraient-ils pas s’abstenir sagement de taxer de déséquilibritude toute personne ayant commis une agression en invoquant la religion musulmane ? Ça tend quand même un peu à faire passer tous les musulmans pour des fous ! Ce alors qu’il y a une telle proportion de Français qui consultent, ou ont une fois dans leur vie consulté, un psychothérapeute que cette information… n’en est même pas vraiment une. Qui plus est, si le type a étranglé sa mère, on s’en doute un peu qu’il est au minimum un peu fou ! Non ? Peut-être que je me trompe et qu’il y en a qui trouvent tout à fait normal d’étrangler sa mère, allez savoir ! dans notre monde de fous ! Après tout, il y en a bien qui trouvent normal de marier deux hommes ensemble ! Pour ces gens-là, peut-être que tuer sa mère n’est pas un signe de démence ?

La cerise sur le gâteau, c’est que l’assassin de sa mère ne s’appelle pas « M. » ni « F. », son prénom est Nicolas. C’est étrange, les médias qui-pensent-bien avaient promis de ne plus donner en pâture aux zélateurs des zeurléplussombres les prénoms des terroristes : les consonances arabes de ceux-ci semblaient les gêner !… Alors que là, Nicolas, pourquoi se priver ? se sont-ils joyeusement dit.

En fin de compte, les journalistes obéissent à l’injonction de leur confrère Éric Zemmour qui veut que les parents ne donnent que des prénoms du terroir à leurs gamins. Ils complètent juste le vœu de Zemmour en ne publiant dans leurs journaux que ces prénoms-là et interdisant aux meurtriers de s’appeler Mohamed ou Farida. Les prénoms trop musulmans sont interdits de presse : Zemmour l’a désiré, les médias le mettent en œuvre. Moralité (pas sûr que ce soit le terme qui s’impose), si tu t’appelles Moktar et que tu veux ton quart d’heure de célébrité (posthume) en faisant péter une bombe au nom de Mahomet, laisse tomber ! c’est peine perdue : les  journalistes ne veulent pas de ce prénom-là. Alors, pour se faire un nom en tant que terroriste, Moktar devra, conformément la loi Zemmour, commencer par changer son prénom en Michel ou Nicolas qui sont des prénoms bien français, bien politiquement corrects, de terroriste.

Le point positif dans tout ça, c’est que je crois que l’on est tombé si bas que l’on devrait très bientôt toucher le fond.

 

  • « au nom d’Allah » : les dieux ont ceci de pratique que, connaissant leur mutisme, les gens qui en parlent leur font dire n’importe quoi. (Écouter, par exemple, l’islamologue Éric Zemmour.)
Publié dans Uncategorized | Tagué , , | 1 commentaire

L’islam est-il une religion ? Zemmour dit non.

« L’islam n’est pas une religion. C’est une loi, un droit, une nation », nous dit Éric Zemmour au micro de Boulevard Voltaire.

A-t-on le droit de dire ça ?
– Oui, on doit l’avoir, de même que l’on doit avoir le droit de dire le contraire.

Est-ce vrai ?
– Ça dépend. C’est quand même plutôt non. Non, parce que toute religion (à l’exception peut-être du bouddhisme, du taoïsme et de quelques autres pensées orientales) est une loi, un droit, une nation. Donc, si l’islam est loi-droit-nation, ça ne l’empêche pas d’être une religion. (Le shintoïsme, confession dans laquelle se reconnaissent plus de 80 % des Japonais est la religion qui définit l’Empire du Soleil levant comme nation.) Historiquement, une religion est d’ailleurs ce qui permet de définir une nation, de là en découlent un droit et des lois. C’est notamment valable pour le judaïsme, ce que reconnaît Zemmour dans d’autres interviews et dans l’un de ses romans quand il rappelle que l’islam, même si l’islam est un peu des deux, est davantage un judaïsme popularisé à une grande échelle qu’une suite du christianisme. (En effet, les juifs à pratiquer leur religion sont une infime minorité, environ 500 000 en Israël.)

Notons aussi cette regrettable manie de dire « L » ‘islam, « LE » musulman, « LE » chrétien, etc. Il n’y a pas pas davantage UN islam qu’il n’y a LE chrétien. Du soufi au terroriste takfiriste, il a un monde. Entre un catholique gay (il y en a) et un amish, il y a de même un gouffre.

Dans cet entretien, Zemmour a en revanche tout à fait raison de dénoncer la déliquescence post-chrétienne béni-oui-oui bisounours de la pensée en Occident, pensée travaillée par un droit-de-l’hommisme gaugauchiste qui conduit à une impasse. À ce titre, Alain Juppé est l’archange de cette décadence française.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

reductio ad islamum

Islam et islamisme sont la même chose, nous dit Éric Zemmour.

L’islamophobie, c’est la haine des musulmans, affirme Thomas Guénolé.

Où est-on ? on est en pleine guerre sémantique.

Il y a trop longtemps, Pierre Desproges racontait que Dieu avait divisé l’humanité entre juifs… et (on attend Arabes comme dans une chanson de Philippe Katherine) antisémites.

Derrière la blague de Desproges, il y a une juste appréciation des choses. Effectivement, l’humanité est partagée entre juifs et goys, gentils qui sont antisémites. Car qui n’est pas juif (être juif, c’est croire en la religion juive, toute autre définition, comme l’a démontré Shlomo Sand, ne tient pas la route) rejette la religion juive. Contrairement à ce que l’on entend souvent, la religion juive a longtemps (depuis le IIe siècle avant J.-C. jusqu’au Moyen Âge) été une religion qui convertissait et il est encore possible de se faire juif en se convertissant au judaïsme. Donc oui, il y a ceux qui sont juifs et ceux qui ne veulent pas l’être par antisémitisme, comme s’en amusait Pierre Desproges.

Antisémite est un mot sur lequel il convient de s’arrêter un instant. Il court l’idée que ce terme aurait été créé, par ceux qui les défendent, pour désigner ceux qui stigmatisent les juifs. Il n’en est rien, c’est même le contraire. Le terme « antisémite » a été fabriqué de toute pièce au XIXe siècle par un Allemand qui détestait les juifs. Par ce antisémite qu’il se revendiquait d’être en invitant tous les non-juifs à devenir antisémites, il cherchait à rapprocher les juifs des Sémites : il traitait les juifs d’Arabes. Les juifs d’Allemagne qu’il qualifiait ainsi péjorativement d’Arabes étaient pourtant en grande majorité des Ashkénazes, c’est-à-dire, ainsi que le démontre l’historien israélien déjà cité, des populations qui ne venaient pas du monde arabe et sémite mais du royaume khazar, entre Mer Noire et Mer Caspienne. L’académicien juif Maurice Druon pouvait ainsi se revendiquer descendant des Khazars. Aujourd’hui, le terme « antisémite » a étrangement bougé de sens et les organisations qui l’utilisent visent à défendre les juifs. Succès assez répugnant de ce mot inventé pour insulter les juifs que reprennent les associations et les textes législatifs qui veulent protéger les juifs !

On va objecter que « juif » peut qualifier une culture et non pas seulement une religion : on fête Hanoucca et on fait sa Bar Mitzvah mais on ne croit pourtant pas à ce qui est écrit dans la Torah. Oui mais… Cette différence entre culture et religion est relativement moderne ; elle a quelques siècles mais est contraire à la pratique religieuse dans le temps long. Jusqu’à l’Empire romain, culture et religion sont une même chose : un Égyptien est celui qui croit dans les dieux de l’Égypte, un Gaulois celui qui croit en Bélénos, un Grec celui qui croit dans le panthéon grec, Socrate ayant d’ailleurs été condamné à mort parce qu’il était accusé de ne pas croire dans les dieux de la cité athénienne. Ce fait n’est pas propre à l’Antiquité. Même si les religions du Livre (judaïsme, christianismes, islam) ont promu le prosélytisme et que les États ont dû, petit à petit, accepter une certaine forme de tolérance en leur sein, jusqu’au XIXe siècle, un État se définit par sa religion. l’Autriche-Hongrie est catholique, l’Empire ottoman musulman, la Russie orthodoxe, l’Allemagne est multi-confessionnelle… mais elle n’existe pas encore. Quant à la France, elle est catholique malgré de petites minorités protestante et juive.

Éric Zemmour lance qu’une France musulmane ne serait plus la France. Il a mille fois raison. En fait, la France est catholique, point à la ligne. Heureusement pour moi qui rejette la religion catholique, la France tolère d’autres croyances sur son sol. Il n’empêche que la France existe depuis le 25 décembre 498, jour où le roi des Francs – populations germaniques ayant envahi la Gaule romaine – se fait baptiser chrétien à Reims. Par cet acte, les Francs, qui avaient pris le pouvoir politique dans le pays, renoncent à leurs dieux en adoptant la religion chrétienne pratiquée par les habitants de ce sol conquis. La France est née d’un genre d’accord diplomatique disant : « Moi, roi des Francs, je prend le pouvoir sur vous, Gallo-Romains ; en échange, je fais de votre religion la mienne et celle de mon royaume. » Or, le mot France renvoie aux Francs et à la conversion de leur roi, Clovis, au catholicisme. Dès lors, une France qui ne serait pas catholique, à fortiori une France musulmane, ne serait plus la France, ce serait autre chose. On peut revenir là à la définition du général de Gaulle du peuple français, « européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne » qui avait été assez mal reprise par Nadine Morano. On ne peut nier qu’être français, comme le dit Robert Ménard, c’est « aussi être blanc et catholique », ce en quoi il ne dit bien sûr pas que qui serait noir et bouddhiste ne serait pas français, mais qu’être blanc et catholique fait partie de l’héritage de la France pour les hommes de toutes races et croyances qui y demeurent. Et finalement, moi qui ne suis pas catho – Causeur, journal pourtant pas très catholique, dirait Georges Frêche, avait publié un test le prouvant –, je le suis quand même pas mal, comme beaucoup de musulmans et d’athées, ne serait-ce qu’en manifestant du respect pour les églises et Jeanne d’Arc et en fêtant Noël, cette fête des enfants français de toutes couleurs.

Aussi, quand Thomas Guénolé, s’appuyant sur le dico, affirme que l’islamophobie est la haine de l’islam et des musulmans, il a raison… et tort. Une phobie est une peur, de là, beaucoup, tels Véronique Genest, contrairement au dictionnaire de Guénolé, se disent islamophobes pour signifier qu’ils ont peur de l’islamisation autour d’eux. Ce second sens, outre qu’il respecte l’étymologie, a l’avantage de donner une valeur au mot islamophobe qui, sinon, n’en a aucune. En effet, comme l’a prouvé Pierre Desproges, est antisémite qui n’est pas de confession juive. De même, qui n’est pas de religion musulmane est islamophobe selon M. Guénolé et son dictionnaire. Car qui n’est pas musulman, sauf s’il les ignore, n’aime pas les préceptes de la religion de Mahomet ; selon la définition qu’il promeut lui-même, M. Guénolé le premier est donc islamophobe. Car celui qui dit qu’il aime l’islam et ne se fait pas musulman est un jean-foutre ; si l’on aime une religion, on s’y convertit, sinon, c’est qu’on ne l’aime pas. Point-barre. Nous devons donc légitimer les propos d’Élisabeth Badinter disant que l’on a le droit d’être islamophobe ! A-t-on raison ou tort d’être islamophobe en ayant peur de l’islam ? c’est un autre problème. Le fait qu’il y ait des gens qui ont une haine de l’islam et des musulmans, ce que je regrette, est encore un autre problème. Ne mélangeons pas tout ! Pour ma part, je ne suis pas musulman ni ne suis allergique à l’islam comme le sont malheureusement beaucoup qui confondent le voile sur la tête d’une étudiante avec le Bataclan.

De même que Thomas Guénolé, quand Zemmour dit qu’islam et islamisme sont la même chose, il a raison… et tort. Sa démonstration sémantique est juste, les deux mots, islam et islamisme, ayant signifié la même chose ; pourtant, il se trouve que les deux termes permettent de faire des nuances entre la religion, l’islam, et certaines manifestations envahissantes de l’islam, l’islamisme. On a besoin, d’autant plus sur des réseaux sociaux quand on gazouille sur Touitteur en seulement 140 signes, de ces nuances pour donner sens aux propos que l’on tient. Ne tombons pas dans le reductio ad islamum !

En résumé, concluons que MM. Guénolé et Zemmour font en fait la même erreur en voulant réduire un mot à une seule acception. Les termes sont par nature polysémiques, leur sens évoluant très largement dans le temps (lire l’essai de Francis Dupuis-Déri sur le passage du terme « démocratie » de péjoratif à mélioratif, lire le livre de Jean-Claude Michéa sur le renversement des termes « socialiste » et « gauche »), n’écrasons pas les mots pour n’en plus faire que ce que l’on a envie de les entendre dire. Essayons de préciser au mieux nos pensées et ne nous faisons pas des petits ayatollahs du vocabulaire !

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Avec son tout grand burkini…

Provocation islamique, victimisation, infériorisation de la femme, certes, le burkini l’est, mais il n’est pas que cela.

Le burkini est d’abord l’antithèse des ABCD de l’égalité « femme-homme » promue par Najat Belkacem et beaucoup de gauchistes, se disent-ils « de droite », voire de « droite dure » comme Florian Philippot. La femme est, dans nos sociétés, et c’est une bonne chose, reconnue comme égale en droits à l’homme mâle. Ceci est une bonne chose car cela intègre les femmes dans l’espace politique qui, sinon, dénie l’appartenance à la communauté nationale de la moitié de sa population sous prétexte qu’elle est porteuse d’ovaires. À l’opposé, l’Arabie saoudite ou la Grèce antique reléguaient ou relèguent encore la femme au gynécée ou au harem (je caricature) ; or, une société démocratique telle que définie par Montesquieu est plus forte en intégrant toutes ses composantes, femmes comprises bien entendu.

Les ABCD de l’égalité et certains groupuscules féministes radicaux promeuvent l’idée que la femme serait l’égale de l’homme tout en n’en faisant plus une égale « en droits » mais en matière. L’argument, complètement faux sauf dans un monde orwellien dans lequel la vérité est devenu le mensonge, est que l’inverse d’ « égal » serait « inférieur ». Il s’agit là d’une volonté de confusion dans le langage. L’antonyme d’ « égal », c’est « différent » et non pas « inférieur » qui est l’antonyme de « supérieur ». Le mot égal, en mathématiques comme dans la langue, signifie pareil, semblable, identique. Est-ce qu’une femme est pareille qu’un homme ? La réponse est non et il ne saurait donc pas y avoir la moindre égalité possible entre une homme et une femme, si ce n’est « en droit ».

Dès lors que l’on a reconnu qu’une femme n’est pas un homme mâle mais une femme, des différences s’imposent comme pouvant être légitimes dans les comportements sociaux des deux sexes. C’est une constance universelle que cela se manifeste tout particulièrement dans le vêtement. Fait autorité en anthropologie sexuelle, bien que datant de 1951, l’étude Panorama du comportement sexuel des chercheurs américains Clellan Stearns Ford et Frank Ambrose Beach répertoriant les pratiques amoureuses de près de deux cents peuplades sur la terre. Ainsi notent-ils que « Même dans les sociétés où l’on ne porte aucun vêtement […] il existe des règles de bienséance qui s’opposent à l’exhibition des parties génitales de la femme. » Cela peut paraître étonnant, ne serait-ce que parce qu’à priori il semblerait que ce soit plutôt l’autre sexe qui a quelque chose à cacher, mais la pudeur se porte systématiquement d’abord sur la femme. Dans la mesure où c’est un invariant commun à toute l’humanité, même dans les sociétés où les femmes sont plutôt dominantes, il serait peut-être sage de considérer ce fait comme une donnée fondamentale de l’éthologie humaine. On – nous tous, l’humanité entière – exige une certaine pudeur de la femme.

C’est un fait avéré et reconnu que cette pudeur exigée tout particulièrement de la femme est variable selon les lieux et les époques. Sur une plage, nos arrière-grands-parents européens auraient peut-être insulté une femme en anachronique bikini et craché sur celle en monokini. Il se dit que c’est un progrès – Beauvoir en fait même une énorme victoire (!) – que le bas de la jupe des femmes ait remonté dans le temps pour passer de la cheville de toutes nos aïeules d’Occident jusqu’à la minijupe. Est-ce mieux ? est-ce moins bien ? Qu’est-ce là sinon affaire de goût ou de conventions ? Des femmes vivent nues dans des tribus d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Océanie qui connaissent pourtant la pudeur. La pudeur n’est que là où la met !

L’affaire du burkini, mais plus largement aussi celles du voile et du hijab (excluons le niqab et la burqa qui n’ont rien à voir dans la mesure où ils dissimulent le visage), fait s’affronter deux perceptions opposées de la femme. L’une où la pudeur est poussée très loin jusqu’à effacer totalement le corps hormis le visage, l’autre où elle va jusqu’à l’inverse absolu défini par les anthropologues il y a un demi-siècle, la dissimulation des seules parties

Hindu Devotees Gather For The Maha Kumbh

*1

génitales, voire des seins. On a d’un côté des femmes qui considèrent que leur pudeur leur ordonne (passons sur les prescriptions religieuses qui, si elles existent, ne mènent à rien pour éclaircir le débat) de se couvrir entièrement sous peine de se trouver comme violées dans leur intimité, de l’autre des femmes en bikini qui sentent, à juste titre, que leurs propres conceptions de la pudeur sont attaquées par celles en burkini. Il ne s’agit au fond que d’une querelle de chiffons, mais ce genre de querelles se sont toujours montrées terribles sur tous les continents tout au long de l’histoire.

Alors, que faire ? Eh bien ce n’est pas simple. Ce que nous savons, c’est que, comme l’a justement conclu le Conseil d’État, salué en cela par Bruno Gollnisch, on ne peut pas interdire le burkini au nom de la laïcité sauf à la considérer, ainsi que le socialiste Vincent Peillon et le F.N. Florian Philippot réunis y invitent, comme une religion et non un principe. Or, nous ne voulons pas de la laïcité pour Dieu ! On pourrait faire des plages burkinis et des non burkinis à l’exemple des plages naturistes. Mais les joyeux naturistes ne sont que quelques poignées de doux rêveurs qui, par leur insignifiance numérique, ne gênent pas grand monde. Il en serait tout autrement si l’on considère le nombre de femmes, ne serait-ce que parce que musulmanes, susceptibles d’être tentées par le port du burkini ; ce serait là mettre en ordre un apartheid (une séparation) insupportable sur notre territoire.

On peut pourtant interdire le burkini… mais cela ne pourra se faire ni en invoquant la laïcité, le prosélytisme ou une religion, ni en dénonçant de mauvaises mœurs qui feraient porter ces maillots de bain à des femmes. Ce serait en effet le comble de dénoncer un excès de pudeur comme signe de mauvaises mœurs ! Il est en revanche possible de dire que, tout à fait arbitrairement, parce que c’est son légitime bon plaisir, la communauté française désire à une très large majorité proscrire cette tenue parce que cette tenue la dérange. C’est là l’essence même du gouvernement que de se montrer ce qu’il est : affaire de choix. En réalité, il existe maints règlements de la sorte qui proscrivent le port de certains vêtements. Les débats sur le monokini ou la minijupe ont été terribles en France il n’y a pas cinquante ans ; les insultes ont fusé, combien de femmes se sont fait traiter de « chienne » parce qu’elles en portaient ? À l’époque, il y a eu un certain trouble à l’ordre public à cause de ces vêtements jugés trop minces par beaucoup ; la puissance publique n’est pas fortement intervenu en ce temps-là mais elle aurait tout aussi bien pu le faire et aurait été tout à fait en droit de le faire. Admettrait-on que des femmes se promènent aujourd’hui seins nus dans la rue, dans les administrations ou à l’université ? Hormis quelques petits coquins, probablement pas. Et pourtant, une très grande partie des peuplades connues ne couvraient pas les seins des femmes (c’était aussi le cas à Babylone, en Crète et en Égypte antiques). Alors oui, de même que l’on a interdit aux femmes le port du pantalon jusqu’à il y a… quatre ans, on peut tout aussi bien interdire le burkini, sachant qu’il s’agit là d’une question de mode sans pour autant mésestimer que ces conventions sociales que sont les modes font indissociablement partie de ce qui fait une civilisation, tout du moins une culture. Par contre, ne cherchons pas ici de raisons morales ! contentons-nous de la légitimité d’avoir le droit de choisir les us du monde dans lequel on veut vivre !

Pour revenir sur ce que nous dénoncions tout à l’heure, il ne faut surtout pas négliger l’attaque lancée par la modest fashion des « vêtements pudiques » contre les indifférentialistes qui chantent qu’une femme est un homme comme les autres et réciproquement. Tout au contraire, les burkinistes affirment la féminité de la femme par la singularité de son apparence vestimentaire. Il ne fait aucun doute que, à l’inverse des jeans « unisexe », le voile ou le hijab érotise le corps de la femme en le désignant pour ce qu’il est, corps de femme vêtu d’un habit spécifiquement féminin. Pour qui sait regarder les femmes, toutes les femmes, il y a d’ailleurs une indiscutable et troublante coquetterie chez bien des filles voilées. Comme un éternel féminin de séduction, autant adoré par Goethe que haï par les féministes, qui transparaît sous les plus amples tissus. Quel que soit sa mise, la femme ne restera-t-elle pas toujours la femme ?

Certains, plus ou moins sincères, veulent attaquer le burkini parce qu’il ferait offense à la femme qui le porte. Une femme n’aurait pas le droit de mettre cette tenue parce qu’elle insulterait toutes les femmes. Qui plus est, la femme s’accoutrant ainsi le ferait parce qu’elle obéit à une pression sociale qui l’oblige à se vêtir ainsi qu’elle le fait. Oui, c’est vrai, mais c’est ainsi que nous nous habillons tous, excepté certains excentriques, en tenant compte de la pression sociale qui nous fait mettre plutôt certains vêtements que d’autres. Imaginez un cadre sans cravate ! et venez au stade en cravate ! Attaquer le burkini parce qu’il rabaisserait la femme n’est exact que pour ceux qui ont une certaine conception de la femme, conception de le femme qui est celle de beaucoup de nos féministes (dont beaucoup, schizophrènes, défendent pourtant le burkini), conception qui n’a rien d’universel, conception qui est complètement idéologique. C’est l’idéologie occidentale postmoderne dans toute son arrogance qui s’exprime là. Beaucoup sont persuadés que c’est la meilleure conception de la femme, ce n’est là que leur conviction, elle ne s’appuie sur rien et, ne concernant qu’une partie de l’humanité contemporaine, a tout juste 50 ans. Ce serait là se prendre pour des tuteurs responsables face à des « mineurs » kantiens en burkinis comme le faisait Jules Ferry avec ses « peuples inférieurs » ! La femme n’aurait pas le droit de porter le burkini parce qu’elle ne se rendrait pas compte de ce qu’elle fait, on n’est pas loin du « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté » de Saint-Just…

womenKM

Alors peut-être est-il temps de profiter de cette polémique autour du burkini pour rappeler que la femme n’est pas l’égale de l’homme dont elle diffère – et oh combien elle en diffère ! Car là où les burkinistes ont raison et toute une certaine gauche sociétaliste a tort, c’est qu’une femme n’est pas et ne sera jamais un homme mâle ni même l’égale de cet homme. Elle n’est pas pareille, ni supérieure ni inférieure, mais inégale, intrinsèquement différente de lui. Or ce ne serait pas faire là une concession à l’islamisme que de reconnaître l’inégalité de l’homme et de la femme, ce ne serait que faire allégeance à la vérité, une vérité tout ce qu’il y a de scientifique et indiscutable, sauf à être fou.

Alors oui, on peut interdire le burkini. Mais pas en se rangeant derrière les drouadlom l’égalité-de-la-femme et autres lubies idéologiques. On peut interdire le burkini parce que ça déplaît tant à tant de gens que ça cause des troubles à l’ordre public. On peut choisir qu’il est illégal, comme cela s’est fait ailleurs, pour des rasions sanitaires. On peut enfin l’interdire pour la bonne raison qu’on n’a pas envie de le voir. Il faut assumer ses choix et arrêter de toujours se cacher derrière de bonnes intentions ! On sait combien de crimes ont été commis pour de bonnes causes. Faut-il rappeler que dans des pays aussi anti-musulmans que celui où règne le Commandeur des croyants, des hôtels ont décidé de proscrire ce maillot de bain. Dans la foulée, on pourrait aussi interdire, ou ne le réserver qu’à certaines plages, le monokini. Pourquoi pas ? Tout cela n’est qu’affaire de choix ! c’est là le fondement de l’humanité que de choisir.

Qu’on l’interdise ou ne l’interdise pas, ce qui – n’étant guère plagiste, ne m’émeut guère -, qu’au moins on fasse ce qu’on fera en n’invoquant pas de fausses raisons pleines de faux bon sens !

 

  • en illustrations, ni musulmans ni laïques, mais des pèlerins de la Kumbh Mela hindouiste. On remarquera aisément une légère différence entre l’habit selon le sexe.
  • en 1 : ALLAHABAD, INDIA – JANUARY 14 (Photo by Daniel Berehulak/Getty Images)
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

À l’ouest d’Alger…

Bonnes et mauvaises surprises à la lecture de À l’ouest d’Alger signé Aldo Sterone.

Les mauvaises surprises, ce sont quelques fautes d’orthographe, syntaxe ou grammaire. Or il n’y a pas eu d’éditeur pour corriger ces horreurs. Ce sont aussi quelques instants où l’auteur perd son lecteur ; mais cela, c’est le cas dans à peu près tous les livres, ceux de Tolstoï inclus. Plus ennuyeux, il y a souvent un style assez « littérature contemporaine » avec ces phrases dont nous assomme qu’elles ne sachent commencer que par un sujet, un petit côté camusien en quelque sorte, ce qui fait que le style d’Albert Camus, aussi sympathique puissent être le personnage et sa pensée, est absolument insupportable. Serait-ce là une fraternité algérienne entre nos deux auteurs ? Non. C’est l’air du temps qui dicte ces phrases fades, Houellebecq n’y échappe pas.

Il y a surtout une bonne surprise générale dans ces pages. Le tableau que nous dresse le célèbre blogueur algéro-franco-anglais de son pays natal est attachant ; son non-manichéisme – à l’opposé, en ces temps troubles, tant des droitards de l’Europe blanche que des vivre-ensemblistes de gaugauche – nous laisse à voir une Algérie d’après l’Indépendance, d’avant les massacres de la décennie rouge, une Algérie des années 1970-80 dans laquelle, à l’image de ces équivalents d’outre mer de nos H.L.M., tant par la fatalité du destin qu’à cause d’un certain laisser-aller bien humain, on décline de ces vitrines du modernisme socialiste de la Révolution nationale à un cloaque débordant de matières fécales.

On saluera tout particulièrement une construction narrative originale et très réussie qui scinde une histoire principale – une « histoire d’amour » – en l’entourant de portraits d’humains ni méprisables ni parfaits (donc pas de ceux qui traînent en caricatures littéraires dans les pages du quotidien officiel de l’État français, Libération). On est loin ici des crétineries du « un musulman ne boit pas d’alcool » ou « une musulmane est très pudique », fables qu’aiment à se raconter, copains comme cochons, islamophobes racistes comme islamistes radicaux. On est ici en présence de gens qui font vrai, de personnes de chair qui se débattent dans une société et une culture qui sont ce qu’elles sont.

Ce livre sera donc une vraie déception pour tous les apôtres de l’idéalisation de l’Autre comme pour tous ceux du Choc des civilisations. Tout au contraire, on reconnaît dans le roman très autobiographique d’Aldo Sterone des bâtons de vie hominidés qui, plus ou moins bien-plus ou moins mal, comme tout un chacun, font ce qu’ils peuvent.

Un bon moment de lecture.

Aldo Sterone, À l’ouest d’Alger, CreateSpace Independent Publishing, 2015.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Où est le rapport ?

Hallucinant ! Michelle Boiron, sexologue ou quelque chose qui y ressemble, commente le fait que la « génération Y », les générations des jeunes de notre monde, ont moins de rapports sexuels que leurs aînés. Cela du moins chez les ricains, ce qui, selon elle et nous lui donnons raison sur ce point, devrait se faire de même sur notre vieux continent.

Les raisons qu’elle met en avant laissent sans voix. Les films pornographiques sur internet, les rencontres virtuelles plutôt que dans la vie réelle, enfin le féminisme émasculateur. Certes, ces trois causes ont certainement un poids. Mais enfin, quand la doctoresse Boiron accuse la trop fervente imagination des jeunes d’aujourd’hui qui se suffisent de demeurer dans le virtuel, ne méprise-t-elle pas l’imagination des anciens jeunes d’antan ? Enfin quoi, la jeunesse a toujours aimé l’imagination et le virtuel, le fait que l’on soit passé aux écrans numériques ne change guère grand-chose à notre affaire !

Et puis quand même, qu’est-ce qui, parallèlement à cette diminution des actes d’amour, diminue dans nos sociétés contemporaines ? ou plutôt, qu’est-ce qui augmente, en particulier dans les très grandes villes ? Eh bien Dr ? Ce qui, statistiquement, croît au point d’atteindre la moitié des habitants tant à New York que dans notre lugubre capitale, c’est la proportion de personnes célibataires. Alors voilà, figurez-vous que c’est très étrange, Dr Boiron, mais moins les gens sont en couple, moins ils commettent l’acte de chair. Y a pas de rapport ? Ben non, y a pas de rapports sexuels quand les personnes sont seules dans leur petit lit à elles toutes seules ! et il n’y a pas besoin de traîner une bardée de diplômes en ceci et cela pour le comprendre.

Mais miss Boiron va peut-être vouloir faire passer pour une conséquence ce célibat qui est la cause de l’abstinence sexuelle contemporaine ? Elle aurait encore une fois tort : la cause de ce célibat est en effet dans la doxa postmoderne. Il se dit qu’il ne faut pas se marier tôt, qu’il faut avoir fait sa vie avant de s’engager, même les parents abrutissent leur progéniture en lui matraquant de s’inquiéter en premier lieu de ses études et de leur situation professionnelle. Dès lors que les rapports amoureux sont mis en second plan, ils entraîneront fatalement le célibat et sa conséquence logique, l’abstinence.

Par contre, miss Boiron est bien dans l’air du temps : c’est la faute à internet, nous déblatère-t-elle. De même que si les petits garçons tripotaient les petites filles au collège Montaigne, c’était déjà toujours et encore la faute à internet. Et c’était pareil au Bataclan en novembre où, à entendre certains politichiens ou journaleux, on avait l’impression que les victimes avaient été assassinées à coups de tweet et non, comme ce fut le cas, à coups de kalachnikov, de bombes et de couteaux.

Tout est cul par-dessus tête dans notre monde, et ce n’est pas avec de tels grands génies que le Dr Boiron qu’on s’en sortira !

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , | 2 commentaires